Article 24: face aux députés LaREM, Castex dit prendre sa "part de responsabilité" dans la crise

Julia Van Aelst avec Salomé Vincendon
·2 min de lecture
Au premier plan, Jean Castex et Marc Fesneau , devant Gérald Darmanin, à l'Assemblée nationale le 24 novembre 2020 - Anne-Christine POUJOULAT © 2019 AFP
Au premier plan, Jean Castex et Marc Fesneau , devant Gérald Darmanin, à l'Assemblée nationale le 24 novembre 2020 - Anne-Christine POUJOULAT © 2019 AFP

Une volonté d'apaisement. Jean Castex a participé ce mardi matin à la réunion de groupe LaREM à l'Assemblée nationale ce mardi matin. Objectif affirché: calmer le jeu entre le gouvernement et les parlementaires, après les tensions autour de la proposition de loi "sécurité globale", et notamment son article 24, qui vise à pénaliser la diffusion malveillante de l'image des forces de l'ordre.

"Nous avons eu une fin de semaine agitée, j'en prends ma part de responsabilité", a déclaré le Premier ministre face aux parlementaires, indiquent des sources concordantes à BFMTV.

En plus des députés de la majorité sont présents le Premier ministre Jean Castex, le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand, le président du groupe LaRem à l'Assemblée nationale Christophe Castaner, mais aussi le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Faire bloc pour dépasser la crise

La réunion s'est déroulée dans une ambiance sereine selon plusieurs participants. Les leaders de la majorité à l'Assemblée et le Premier ministre ont fait valoir leur volonté d'apaisement, et le mot d'ordre a été donné: faire bloc pour dépasser la crise et continuer à lutter contre le Covid-19 qui reste la priorité.

Il "n'y a jamais eu la moindre intention de ma part de rompre la relation indispensable entre la majorité et le gouvernement", a assuré Jean Castex aux élus.

L'idée un temps avancée par Jean Castex de faire "réécrire" l'article 24 par une "commission" indépendante, avait provoqué une levée de boucliers parlementaire et aggravé un peu plus la crise.

Après une réunion de crise ce lundi à l'Élysée, les présidents des groupes parlementaires LaREM, MoDem et Afir ont annoncé une "nouvelle écriture complète" de ce fameux article 24. Face à eux, Jean Castex a expliqué qu'il souhaitait d'abord "clarifier le fond" avant de décider de la forme du nouveau texte.

Au sujet de la crise sanitaire, le Premier ministre a également rappelé qu'il ne fallait "pas crier cocorico, les résultats sanitaires ne sont pas encore suffisants. Les mesures que nous avons prises, mêmes impopulaires, étaient nécessaires, bonnes. Mais soyons humbles".

Article original publié sur BFMTV.com