Publicité

Arthur s’en prend à Rima Hassan saluée par « Forbes », la juriste franco-palestinienne lui répond

Rima Hassan, ici au mois de novembre 2019, à Paris.
DOMINIQUE FAGET / AFP Rima Hassan, ici au mois de novembre 2019, à Paris.

POLÉMIQUE - « Si je suis écartée de ce classement, on saura d’où ça vient. » Ces mots, ce sont ceux de la juriste franco-palestinienne Rima Hassan qui, sur X (anciennement Twitter), a dénoncé une prise de parole de l’animateur Arthur dans laquelle il s’en prenait à la nomination de cette dernière dans un classement des « 40 femmes de l’année 2023 » publié il y a quelques semaines par le magazine Forbes.

« Voir Arthur s’en prendre à une femme palestinienne juste parce qu’elle est récompensée pour son travail et son parcours, et utiliser son influence pour me faire sauter de ce classement […] en dit long sur le sexisme et le racisme de ce boomer », écrit Rima Hassan sur le réseau social, ce dimanche 28 janvier.

Elle a joint à son tweet une capture d’écran d’une récente story Instagram du producteur. « Si vous voulez être dans le prochain classement Forbes France, le plus simple est de faire l’apologie du terrorisme du Hamas et d’être une antisémite patentée », y commente Arthur, lequel a précédemment assuré disposer d’une sécurité « renforcée » depuis les attaques du 7 octobre.

« L’antisémitisme et l’apologie du terrorisme sont les nouveaux symboles de réussite chez Forbes », ajoute-t-il dans cette même image. Dans la story d’après, il a partagé une photo de Dominique Busso, le patron de Forbes France, sur une planche de surf. « Même si c’est à la mode, ’Forbes France’ ne doit pas surfer sur la vague d’antisémitisme mondiale », peut-on lire en légende.

Rima Hassan : « Ça va bien se passer Arthur »

Originaire de Syrie, où elle est née dans un camp de réfugiés de Neyrab, Rima Hassan est arrivée en France à l’âge de 9 ans, puis a été naturalisée en 2010. Depuis, elle a été diplômée du master en droit international de l’Université Paris Panthéon Sorbonne, a fondé l’Observatoire des camps de réfugiés, en 2019, et le collectif Action Palestine France.

Souvent invitée sur les plateaux télé au sujet de la guerre entre Israël et le Hamas, elle y parle régulièrement d’apartheid pour qualifier le système de domination mis en place par l’État hébreu sur les Palestiniens et y défend la création d’un État binational.

Ce dimanche, sur X, elle estime qu’Arthur « est dérangé par tout ce [qu’elle a] bâtie après être sortie d’un camp palestinien » et par le rappel de ses origines. « Je dois dire que c’est assez pathétique de voir un homme aussi déstabilisé par le parcours d’une femme, continue-t-elle. Ça va bien se passer Arthur. » La cérémonie du magazine Forbes France doit se tenir en mars, au Ritz.

À voir également sur Le HuffPost :

Guerre Israël-Hamas : « Ce n’est pas possible que le peuple de Gaza vive tout ça pour rien » - TÉMOIGNAGE

Guerre Israël-Hamas : des ministres d’extrême droite réclament le « retour » colonies à Gaza