Publicité

Arthrose, rhumatismes : cinq questions pour comprendre les problèmes articulaires

Les maladies ostéoarticulaires sont diverses, fréquentes et affectent tous les âges de la vie. Si la prévention reste aujourd'hui la meilleure arme, divers traitements permettent de soulager les douleurs et de stopper l'évolution de certaines.

Cet article est extrait du mensuel Sciences et Avenir - La Recherche n°892, daté juin 2021.

1. Quels liens entre rhumatismes et articulation ?

"Rhumatismes" : un mot générique pour désigner l'ensemble des affections, douleurs et inflammations qui peuvent toucher les articulations. Ils peuvent être chroniques ou aigus, survenir à tout âge, et avoir des origines très diverses. Et surtout, ils concernent des structures très différentes. En effet, dans une articulation, on retrouve des os, du cartilage mais aussi des muscles, des tendons (qui attachent les muscles aux os) et des ligaments (qui lient les os entre eux stabilisant ainsi les articulations) et la membrane synoviale qui tapisse l'intérieur de l'articulation et sécrète le liquide synovial, qui assure la lubrification. C'est pourquoi les médecins préfèrent aujourd'hui parler de maladies ostéoarticulaires. Les affections les plus fréquentes sont l'arthrose (dégradation du cartilage) et les différentes formes d'arthrites (inflammation de la membrane synoviale), qui peuvent avoir un impact très important sur la qualité de vie. Les facteurs de risque de l'arthrose sont multiples : l'hérédité, l'âge, le sexe, la sédentarité, le surpoids, les traumatismes articulaires répétés, des anomalies anatomiques…

2. L'arthrose est-elle une fatalité ?

Maladie ostéoarticulaire la plus fréquente, l'arthrose se caractérise par une destruction progressive du cartilage qui va jusqu'à provoquer une inflammation de la membrane synoviale qui l'entoure, et s'étendre à l'os sur lequel repose le cartilage. Un phénomène progressif qui s'accompagne de douleurs, de perte de mobilité et parfois de poussées inflammatoires. L'arthrose peut se focaliser sur certaines articulations (mains, genoux, hanches, rachis…) ou être généralisée. Les facteurs de risque sont multiples : certains sont inévitables (âge, prédisposition génétique, anomalies anatomiques…), d'autres peuvent être contrôlés (surpoids, désordres métaboliques, sédentarité…). Aujourd'h[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr