Arabie et les Emirats arabes unis auraient proposé leur aide au candidat Trump

Donald Trump Jr. (photo), fils aîné du président américain, a reçu le 3 août 2016 un émissaire des princes héritiers d'Arabie saoudite et des Emirats arabes unis qui a proposé de contribuer à la campagne présidentielle de son père. /Photo prise le 20 février 2018/REUTERS/Adnan Abidi

WASHINGTON (Reuters) - Donald Trump Jr., fils aîné du président américain, a reçu le 3 août 2016 un émissaire des princes héritiers d'Arabie saoudite et des Emirats arabes unis qui a proposé de contribuer à la campagne présidentielle de son père, rapporte samedi le New York Times.

L'émissaire, l'homme d'affaires américano-libanais George Nader, lui a déclaré que ses commanditaires étaient désireux d'aider son père à remporter l'élection présidentielle de 2016, selon le quotidien.

L'entretien a été organisé par Erik Prince, fondateur et ancien directeur de la compagnie de sécurité privée Blackwater, qui y a également assisté, tout comme Joel Zamel, cofondateur d'une société de conseil israélienne, précise le Times.

Une firme liée à ce dernier a par ailleurs travaillé sur une proposition de "campagne de manipulation secrète en ligne de plusieurs millions de dollars" pour le compte du candidat républicain, impliquant l'utilisation des milliers de faux comptes de réseaux sociaux, poursuit-il.

Alan Futerfas, avocat de Trump Jr., a assuré samedi que la rencontre n'avait rien donné. "Avant les élections de 2016, Donald Trump Jr. se souvient d'une réunion avec Erik Prince, George Nader et une autre personne qui pourrait être Joel Zamel", dit-il dans un communiqué transmis par courrier électronique.

"Ils ont présenté à M. Trump Jr. un plan pour les réseaux sociaux ou une stratégie de marketing. Il n'était pas intéressé et les choses en sont restées là."

La législation américaine interdit aux candidats et aux partis politiques de recevoir des dons en provenance de l'étranger. L'achat d'espace publicitaire à l'aide de fonds étrangers dans le cadre d'une campagne est également interdit.

Selon le Wall Street Journal, Joel Zamel a été entendu par des membres de l'équipe du procureur spécial Robert Mueller, qui enquête sur les ingérences russes dans la campagne de 2016 et les soupçons de collusion entre Moscou et l'équipe de Trump.


(Yeganeh Torbati, Jean-Philippe Lefief pour le service français)