Après Van Gogh et Monet, « La Jeune Fille à la Perle » de Vermeer ciblée par des militants écologistes

© Lex van Lieshout / ANP / AFP

L’histoire se répète. Jeudi après-midi, trois activistes du groupe « Just Stop Oil » ont été interpellés au musée Mauritshuis de La Haye (Pays-Bas) pour « violence publique contre des biens » après s’être attaqués à La Jeune Fille à la Perle (1665) de Johannes Vermeer . Diffusée sur les réseaux sociaux, une séquence montre un premier homme qui se colle la tête contre la vitrine protégeant le tableau. Un deuxième lui jette alors ce qui s'apparente à de la sauce tomate, tandis qu'un troisième s'englue le poing de colle, avant de le fixer au mur. Une action-choc qui intervient quelques jours après deux évènements similaires : des chefs-d'œuvre de la peinture ont en effet été visés récemment à Londres et Postdam.

Lire aussi - « Quand on se consacre à sa passion, ce n’est pas du travail » : Pierre Soulages, un artiste libre

« L'art ne peut pas se défendre »

Révélant que l'huile sur toile n'avait « heureusement » pas été endommagée, le Mauritshuis a réagi à l'incident dans un communiqué : « L'art ne peut pas se défendre. Tenter de l'endommager pour quelque cause que ce soit est quelque chose que nous condamnons fermement. »

Au cours de leur intervention, dénonçant la production de combustibles fossiles, l'un des trois quadragénaires a clamé à l'adresse des visiteurs du musée ahuris : « Comment vous sentez-vous lorsque vous voyez quelque chose de beau et précieux être vraisemblablement détruit sous vos yeux ? Ce tableau est protégé par du verre, mais l'avenir de nos enfants n'est p...


Lire la suite sur LeJDD