Publicité

Facebook et Instagram lancent un abonnement payant : ce que l’on sait

The Meta (formerly Facebook) logo marks the entrance of their corporate headquarters in Menlo Park, California on November 09, 2022. - Facebook owner Meta will lay off more than 11,000 of its staff in

Pour une douzaine de dollars, il permettra d’authentifier son compte sur les deux réseaux sociaux détenus par Meta.

RÉSEAUX SOCIAUX - Mark Zuckerberg marche dans les pas d’Elon Musk. Le patron de Meta (Facebook, Instagram) a annoncé ce dimanche 19 février le lancement d’un abonnement payant, Meta Verified, à partir de 11,99 dollars (11,20 euros) par mois pour authentifier son compte sur les plateformes, alors que le géant des réseaux sociaux traverse une passe financière difficile.

La formule, qui sera d’abord déployée en Australie et Nouvelle-Zélande cette semaine, ressemble à celle mise en place par Elon Musk sur Twitter. Meta n’a pas précisé dans quelles mesures, ni quand, ce service serait accessible dans d’autres pays.

Dans un message publié sur ses pages anglo-saxonnes, Meta explique que les clients qui paieront auront le droit à une « tick » bleue symbolisant un compte vérifié. Ils devront pour cela founir une pièce d’identité et avoir une photo de profil sur laquelle figure leur visage. Les noms de comptes devront également être ceux présents sur les documents d’identité. Il faudra d’ailleurs être âgé de 18 ans.

Pour le moment les entreprises n’ont pas accès à ce service.

Un utilisateur vérifié aura une visibilité accrue de ses messages -il apparaîtra en haut des résultats de recherche et recommandations-, une meilleure protection contre les imitateurs et un accès plus facile au service client, détaille la BBC. The Verge ajoute de son coté que cela donnera également droit à des stickers supplémentaires pour les stories and reels.

Pour le moment, il n’est pas question que ce service ait des effets sur les comptes qui ont actuellement le statut « vérifé ». Une différence notable avec Twitter qui a mis en pause son nouveau système de vérification payant après que des utilisateur se sont fait passer pour des entreprises ou des personnalités politiques.

Pas le même suivant Apple ou Android

Le slogan de Facebook lancé en 2004 a longtemps été « C’est gratuit et (ça le restera toujours) ». Le réseau social a ainsi établi le modèle dominant des grandes plateformes en ligne : les utilisateurs profitent de services gratuits qui récoltent des informations personnelles sur eux pour les cibler avec de la publicité personnalisée.

Plébiscités par les annonceurs, des grandes marques aux petits commerces, Google et Meta sont ainsi rapidement devenus les acteurs dominants du secteur, gagnant des dizaines de milliards de dollars chaque année. Mais en 2022, Meta a vu ses recettes publicitaires décliner pour la première fois depuis que le groupe californien est entré en Bourse en 2012.

L’entreprise souffre notamment des changements réglementaires instaurés par son voisin Apple, qui brident les capacités des réseaux sociaux à récolter les données des utilisateurs pour vendre des espaces publicitaires ultra ciblés.

Ces facteurs ont déjà poussé d’autres réseaux, de Reddit à Snapchat, à lancer des formules payantes.

Racheté par Elon Musk à l’automne, Twitter a mis en place « Blue », un abonnement pour authentifier son compte, faire apparaître ses tweets en priorité et voir moins de publicité, entre autres avantages.

Blue et Meta Verified ne coûtent pas le même prix selon que l’abonnement est souscrit sur le web ou sur l’application mobile, à cause des commissions prélevées par iOS (Apple) sur les iPhone et Google sur les smartphones opérés par système d’exploitation Android.

Les utilisateurs débourseront donc 11,99 dollars par mois pour Meta Verified sur le web, ou 14,99 dollars par mois sur iOS ou Android.

VIDÉO - 5 choses à savoir sur Instagram

Lire aussi

Après Twitter, Donald Trump a récupéré ses comptes Facebook et Instagram

Un trafic de cadavres d’animaux de compagnie découvert sur Facebook

Sur Instagram et Facebook, les publicités pour ados basées sur leur genre bientôt interdites

Sur Twitter, poster des liens vers Mastodon, Instagram et Facebook est désormais interdit