Publicité

Après des spéculations de fusion avec Renault, Stellantis dément formellement

Dans une récente interview, le PDG de Stellantis, Carlos Tavares, a allumé la mèche en laissant entrouverte la porte d'une éventuelle fusion avec un autre groupe si l'occasion se présentait. Plusieurs médias se sont empressés de spéculer autour d'une éventuelle nouvelle fusion, en cherchant évidemment avec qui Stellantis pourrait éventuellement s'unir. Nous avons eu le droit à General Motors en premier lieu et, plus surprenant, en tout cas pour nous Français, le groupe Renault.

Mais le président de Stellantis, John Elkann, a rapidement dissipé les spéculations autour d'une éventuelle fusion entre le groupe automobile franco-italo-américain et Renault. Dans un communiqué publié lundi, John Elkann a catégoriquement démenti tout projet de fusion avec d'autres constructeurs, affirmant que Stellantis est "pleinement concentré sur l'exécution de son plan stratégique déjà annoncé".

Tout part de l'Italie

Le démenti de Stellantis intervient après des informations rapportées par le journal romain Il Messaggero, suggérant un projet de fusion entre Stellantis et Renault sous l'impulsion du gouvernement français, actionnaire des deux entreprises. Le gouvernement français, détenant une part substantielle dans Stellantis et une participation de 15 % dans Renault, aurait selon les rumeurs l'intention d'accroître son influence dans le secteur automobile européen. Cependant, ces rumeurs ont été réfutées par Stellantis. Le gouvernement français, de son côté, n'a pas souhaité commenter l'affaire, tout comme le groupe Renault.
Ces spéculations interviennent dans un contexte où le gouvernement italien, dirigé par Giorgia Meloni, et la direction de Stellantis se sont échangé des critiques acerbes par voie de presse. Giorgia Meloni a accusé Stellantis de...Lire la suite sur Autoplus