Après le retour de Camille, Geneviève refuse de rentrer

Une des deux lycéennes du Puy-en-Velay (Haute-Loire), en fugue depuis le 4 décembre, a été récupérée samedi soir par sa famille tandis que la seconde a choisi, dimanche 30 décembre, de rester dans la zone de construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, où elles avaient rejoint les opposants à ce projet.

Camille, 17 ans, avait elle-même appelé ses parents pour leur indiquer où elle se trouvait, a précisé le procureur de la République du Puy-en-Velay, Jacques Louvier. Elle est rentrée chez-elle dimanche avec ses parents et devrait être entendue par les enquêteurs du SRPJ de Clermont-Ferrand.

Geneviève refuse de rentrer car "elle a des choses à faire"

L'autre lycéenne, Geneviève, 16 ans, qui avait quitté son lycée en compagnie de Camille, a pour sa part appelé sa mère dimanche en début d'après-midi pour lui dire qu'elle voulait rester sur le site de Notre-Dame-des-Landes et qu'elle refusait de rentrer chez elle, a encore indiqué le procureur.

Désemparée, sa mère demande aux adultes qui l'entourent de la "compassion". "Elle m'a parlée comme si elle était partie depuis dix minutes", a raconté Sylvie Euvrard, mère de Geneviève, 16 ans qui a décidé de rester dans la zone de construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes avec les opposants au projet, refusant de rentrer à la maison.

"Elle m'a dit 'je suis en bonne santé' comme si elle récitait quelque chose", a-t-elle encore relaté. La mère dit avoir aussitôt "proposé" à sa fille de "revenir à la maison rejoindre ses sœurs". "Elle m'a dit qu'elle rentrerait, 'mais pas pour le moment, car elle a des choses à faire'".

 "Je suis sceptique sur (...)

Lire la suite sur Le Nouvel Observateur

Après le retour de Camille, Geneviève refuse de rentrer
Une des deux fugueuses récupérée à Notre-Dame-des-Landes
Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.