Publicité

Après ce remaniement à droite, Olivier Faure tend la main aux déçus du macronisme

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, face à la presse (dont Le HuffPost) le 19 décembre à l’Assemblée nationale (illustration)
LUDOVIC MARIN / AFP Le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, face à la presse (dont Le HuffPost) le 19 décembre à l’Assemblée nationale (illustration)

POLITIQUE - « Les remaniements n’effacent pas les reniements ». Dans une tribune publiée dans Le Monde ce vendredi 19 janvier, le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, lance un appel à ceux « qui ont pu croire auen même temps” » promis par Emmanuel Macron et qui ne se retrouvent plus dans ce nouveau gouvernement qui penche considérablement à droite.

Remaniement : dix jours après, Macron et Attal laissent toujours ces ministères vacants

Ces électeurs de gauche qui, « après la préférence nationale, se voient contraints de subir la préférence sarkozyste ». Dans ce texte écrit sous forme d’anaphore, le député de Seine-et-Marne s’adresse à « celles et ceux qui ne croient plus au macronisme, à ce coup d’éclat permanent, en même temps néolibéral et autoritaire » ainsi qu’à « celles et ceux qui ont cru au souffle de modernité d’un président qui, dans un énième exercice d’autosatisfaction, tente d’imposer sa vision nostalgique et réactionnaire de notre pays ».

« Cette promesse d’une vie meilleure »

« Il y a une gauche, socialiste, écologiste, humaniste, féministe, laïque qui a plus que jamais conscience du risque de bascule politique et démocratique qui menace notre pays », écrit-il. « Nous sommes à vos côtés, conscients des déceptions passées, mais ardents à l’idée de construire un autre avenir », poursuit-il, invitant ces électeurs à « bâtir ensemble une alternative radicale qui autorise à nouveau l’espoir de changer la vie », et « ouvrir une nouvelle ère ».

« Le temps qui s’ouvre sera celui de la préparation de cette alternative, appelant toutes les forces de la gauche et au-delà, toutes celles et ceux qui n’ont jamais abandonné l’idéal de justice et la soif d’égalité, à prendre part à la construction de cette promesse d’une vie meilleure », ajoute-t-il. Le Parti socialiste qui a perdu beaucoup de militants depuis 2017, dont certains sont partis rejoindre les rangs macronistes, espère notamment faire un bon score aux européennes de juin, avec une liste qui sera menée par Raphaël Glucksmann. Alors que le leader du petit parti Place Publique doit être officialisé à ce poste dans les prochaines semaines, il est actuellement crédité de 8 % des voix dans le sondage YouGov-Le HuffPost.

À voir également sur Le HuffPost :

Loi immigration : Les Républicains défendent le texte devant le Conseil constitutionnel

Pour défendre Jordan Bardella après le « Complément d’enquête », le RN s’attaque l’émission