Publicité

Après « Playboy », Élisabeth Borne et Marlène Schiappa se sont « expliquées »

Marlène Schiappa et Élisabeth Borne se sont « expliqués » après la couverture de Playboy
Marlène Schiappa et Élisabeth Borne se sont « expliqués » après la couverture de Playboy

POLITIQUE - Élisabeth Borne n’a pas vraiment apprécié de voir Marlène Schiappa en couverture de Playboy. Et la Première ministre n’a pas manqué de le faire savoir à sa secrétaire d’État chargée de l’Économie sociale et solidaire.

« Je lui ai dit que ça ne me paraissait pas approprié, a fortiori dans la période. On s’est expliqué », a raconté la cheffe du gouvernement dans l’émission Télématin, sur France 2, ce jeudi 27 avril.

Dans l’édition d’avril du magazine, Marlène Schiappa pose dans différentes tenues. Le magazine rapporte aussi un long échange entre le rédacteur en chef et la secrétaire d’État, réalisé pendant la préparation au shooting, et où sont abordés différents sujets : son dernier livre sur les violences conjugales, son rapport au pouvoir et à la politique, son discours franc.

« Si elles veulent s’habiller en nonnes et ne jamais rencontrer d’hommes c’est leur choix, et il faut les soutenir. Si elles ont envie de poser nues dans un magazine aussi », affirme la secrétaire d’État, qui revendique d’« être cash » et se dit « fière » d’avoir écrit de la littérature érotique, « un univers dans lequel on est très respectueux du consentement ».

« Chacun doit se concentrer sur sa tâche »

Mais cette interview a profondément agacé sa collègue secrétaire d’État à l’égalité femmes-hommes Isabelle Rome. « Prétendre que poser dans Playboy fera avancer la liberté des femmes, j’en doute sérieusement. La sienne, peut-être. Celle des autres, non », a grincé la secrétaire d’État, pour qui « défendre les droits des femmes dans Playboy reviendrait à lutter contre l’antisémitisme en accordant un entretien à Rivarol », hebdomadaire d’extrême droite.

« Je rappelle que son fondateur, Hugh Hefner, a été poursuivi pour agression sexuelle. À un moment donné, il faut choisir ses supports », a ajouté Isabelle Rome, déplorant que cet épisode fasse une « énorme publicité » à Playboy, magazine qui ne sera « jamais » l’allié des femmes selon elle. Après cette sortie, le Canard Enchainé a relayé un SMS virulent envoyé par Marlène Schiappa en guise de riposte.

L’ensemble de la séquence a provoqué quelques froncements de sourcils du côté d’Élisabeth Borne. « J’ai eu l’occasion de le leur dire : dans la période actuelle, les Français attendent que les ministres soient au travail pour répondre à leurs problèmes concrets et chacun doit se concentrer sur sa tâche », a-t-elle répété sur Télématin. Elle est concentrée sur la sienne : son chantier des 100 jours, commandé par le président de la République et dévoilé la veille. Avec comme une clause de revoyure le 14 juillet.

À voir également sur Le HuffPost :

Fonds Marianne : le PNF récupère les signalements

La famille de Samuel Paty réclame l’ouverture d’enquêtes sur le fonds Marianne