Publicité

Après la mort de Frédéric Mitterrand, les hommages émus de Nicolas Sarkozy et Jack Lang

Frédéric Mitterrand et Jack Lang, ici lors de la pose de la pierre fondatrice du futur musée du Louvre à Lens, le 4 décembre 2009.
PHILIPPE HUGUEN / AFP Frédéric Mitterrand et Jack Lang, ici lors de la pose de la pierre fondatrice du futur musée du Louvre à Lens, le 4 décembre 2009.

POLITIQUE - C’est un décès qui bouleverse le monde politique ce jeudi 21 mars. Ancien ministre de la Culture et homme de télévision, Frédéric Mitterrand est mort à l’âge de 76 ans, après une lutte de « plusieurs mois contre un cancer agressif ».

Mort de Frédéric Mitterand : sa passion pour Brad Pitt rappelle à quel point le cinéma comptait pour lui

Neveu de l’ancien président François Mitterrand, ministre lorsque Nicolas Sarkozy était le chef de l’État, cette personnalité inclassable avait annoncé en avril 2023 être « malade », sans en dire davantage.

Rapidement, Nicolas Sarkozy a réagi sur X, évoquant son « immense tristesse ». L’ancien président a rendu hommage à « un homme profondément cultivé et délicat, un être à part, sensible et attachant, une personnalité inclassable si loin de la vie partisane ».

« Il fut un ministre de la Culture enthousiaste et passionné, qui exerça ses fonctions avec panache et talent. Il laissera ses films, ses livres, ses émissions comme autant de témoignages de son amour pour l’art et pour la culture », a-t-il ajouté.

« Ses légendaires “Bonsoir !” vont nous manquer. Des cinémas d’art et d’essai à la rue de Valois, Frédéric Mitterrand vécut mille existences, toutes tissées d’un fil rouge : la culture pour chacun. Mes pensées à sa famille, à ses proches et aux fidèles de ses émissions », a réagi le président Emmanuel Macron sur X.

« La mort de Frédéric Mitterrand me bouleverse. Une amitié de plus de 60 ans nous liait d’une affection inaltérable. Il a tout au long de sa vie servi les arts avec passion, érudition et amour. Notre fidélité commune pour François Mitterrand nous unissait profondément », a réagi de son côté Jack Lang, ancien ministre socialiste de la Culture, sur le même réseau social.

« Visionnaire, anticonformiste, il nous manque déjà ! »

Il « portait sa mélancolie comme une élégance. Nous serons nombreux à garder en mémoire le sourire lumineux de Frédéric et l’inimitable grain de sa voix », a de son côté écrit la ministre de la Culture Rachida Dati sur X.

« L’élégance, l’humour et la voix inimitable de Frédéric Mitterrand... Il fut un grand ministre de la Culture. (...) Visionnaire, anticonformiste, il nous manque déjà ! », a elle partagé la présidente de la Région Île-de-France Valérie Pécresse.

Nommé à la tête de la Villa Médicis à Rome par Nicolas Sarkozy en 2008, Frédéric Mitterrand était rentré à Paris quelques mois plus tard pour prendre le ministère de la Culture, jusqu’à l’élection présidentielle de 2012, perdue par la droite.

À ce poste, il avait notamment affronté les intermittents du spectacle, fait adopter la loi Hadopi et conduit des grands chantiers, lancés pour certains avant son arrivée : le Mucem à Marseille ou la Philharmonie à Paris.

À voir également sur Le HuffPost :

Macron photographié à la boxe : pour ces coachs, c’est « un débutant qui tape au sac »

Entre Dati et le LFI Saintoul, des questions sur Bolloré déclenchent des échanges tendus à l’Assemblée