Publicité

Après la mort de 7 humanitaires à Gaza, le chef José Andrés de l’ONG World Central Kitchen réfute la thèse de l’accident

GUERRE À GAZA - Il en est persuadé : ce n’est pas un accident. Le chef José Andrés, à la tête de l’ONG World Central Kitchen dont sept travailleurs humanitaires ont été tués par une frappe israélienne lundi, s’est confié à l’agence de presse Reuters ce mercredi 3 avril. Pour lui, l’armée israélienne a « intentionnellement » visé le convoi d’aide alimentaire.

Guerre Israël-Hamas : José Andrés fondateur de World Central Kitchen pleure sept collaborateurs tués à Gaza

D’après José Andrés, Tsahal a ciblé délibérément « chaque voiture, systématiquement », comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article. Les humanitaires venaient de décharger « plus de 100 tonnes de nourriture amenées à Gaza par voie maritime », avait relaté l’ONG dans un communiqué après la frappe. Une Australienne, un Polonais, un Américano-canadien, trois Britanniques, ainsi que leur chauffeur palestinien ont été tués.

« Ce n’est pas juste la faute à pas de chance, ce n’est pas “Oups on a lâché une bombe au mauvais endroit” », dénonce José Andrés. Qui poursuit : « C’était un convoi humanitaire bien défini qui avait des signes sur le toit, un logo très coloré dont on est très fiers. C’est très facile de voir qui on est et ce que nous faisons. »

Pour le chef, pas de doute donc : « Ils nous visaient dans une zone contrôlée par l’armée israélienne. Ils savaient que nous allions aller sur cette route, avec trois voitures ». Depuis le drame, Israël et son état-major ont plaidé l’erreur, évoquant « une mauvaise identification » des véhicules touchés en invoquant des « conditions très complexes ».

Voiture par voiture

Très ému, José Andrés a ensuite détaillé à nos confrères de Reuters comment il avait appris la mort de ses collègues. Il a expliqué que l’équipe de Gaza avait perdu contact avec le groupe. Il a compris la mort de ses collaborateurs seulement plus tard, quand il a vu des images des corps.

Le cuisinier a aussi décrit l’attaque. D’après son récit, qui correspond aux analyses vidéos de CNN, l’armée israélienne aurait visé la première voiture. Les humanitaires auraient alors réussi à se réfugier dans le deuxième véhicule, qui a été attaqué à son tour. Ils ont ensuite été dans la troisième voiture, à son tour frappée. « Et nous voyons maintenant les conséquences », déplore José Andrés.

Les dépouilles des victimes sont arrivées mercredi en Égypte, et doivent être remises à des représentants de leurs pays en vue de leur rapatriement. Après le drame, World Central Kitchen a annoncé suspendre ses opérations dans la région.

À voir aussi sur Le HuffPost :

Une frappe imputée à Israël contre l’ambassade d’Iran en Syrie fait plusieurs morts : ce que l’on sait

Aymeric Caron veut diffuser des images de la guerre à Gaza à l’Assemblée, Yaël Braun-Pivet ne dit pas non