Publicité

Après l’hommage à l’agricultrice décédée en Ariège, Gabriel Attal tacle les « larmes de crocodile »

Alexandra Sonac a été percutée par un automobiliste sur un blocage routier en Ariège. En dépit d’une « émotion » partagée, l’ambiance n’en était pas moins agitée dans l’hémicycle de l’Assemblée.

POLITIQUE - « Parfois, vos larmes pour nos agriculteurs ressemblent à des larmes de crocodiles. » La colère du monde agricole, à laquelle est venu s’ajouter un drame dans l’Ariège ce mardi 23 janvier, a occupé une large partie des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale. Entre (bref) moment d’émotion partagée et agacement du Premier ministre.

Agricultrice tuée à Pamiers en Ariège : de Macron à Le Pen, les politiques présentent leurs condoléances

« L’émotion est vive. Aujourd’hui, je suis paysan, nous sommes tous paysans. » Premier à intervenir, le socialiste Dominique Potier a fait se lever l’ensemble de l’hémicycle. Mais ce moment d’unité n’a guère duré. Si les intervenants de chaque groupe ont eu des mots pour Alexandra Sonac, l’agricultrice de 37 ans décédée et son époux et sa fille toujours dans un état grave, les élus ont aussi dénoncé la politique agricole du gouvernement. Ce qui a suscité une réponse musclée de Gabriel Attal, comme le montre la vidéo en tête d’article.

Après avoir dit « la solidarité et le soutien » du gouvernement, il a déploré que les agriculteurs se retrouvent sans cesse « dénigrés, caricaturés, acculés ». « Parfois, vos larmes pour nos agriculteurs ressemblent à des larmes de crocodiles, vraiment », a-t-il déclaré tourné vers les bancs de la gauche. Juste avant, écologistes et insoumis avaient dénoncé les accords de libre-échange ratifiés par la France ainsi que la préférence accordée – selon eux – aux industriels au détriment des agriculteurs.

La gauche et le RN ciblés par Gabriel Attal

« La réalité, c’est qu’à chaque fois que nos agriculteurs, nos éleveurs ont un projet d’extension, qui s’y oppose ? Vos amis avec votre soutien. À chaque fois qu’un projet est lancé dans notre pays sur une retenue d’eau pour lutter contre la sécheresse, (...) ce sont vos amis qui s’y opposent », a répliqué Gabriel Attal dans une allusion claire aux mégabassines de Sainte-Soline.

« À chaque problème, vous répondez par une norme », poursuit-il alors que l’accumulation de réglementations françaises et européennes fait partie des doléances du monde agricole. « À chaque difficulté, vous répondez plutôt en pointant du doigt nos agriculteurs. Quand certains discours les présentent comme des bandits, des tortionnaires de nos animaux, on aimerait aussi entendre vos indignations et votre défense du modèle agricole », ajoute-t-il.

Pour les Écologistes, la réponse du Premier ministre n’est pas « à la hauteur ». Marine Tondelier a répondu sur X dans un long thread pour appeler à « dépasser la caricature et (...) les préjugés mutuels ». « Le Premier ministre sait-il combien de recours nous faisons EN COMMUN (sic) avec des agriculteurs pour sauver des terres agricoles ? Que souvent bien-être agricole et bien-être paysan vont de pair ? » a fustigé la secrétaire nationale du parti écologiste.

Le locataire de Matignon n’a pas non plus épargné le Rassemblement national qui fait tout pour afficher sa proximité avec le secteur à cinq mois des élections européennes. « Il y a aussi une lucidité face à ceux qui butinent de colère en colère en donnant le sentiment qu’on pourrait sortir de l’Union européenne », a lancé Gabriel Attal.

« Votre président est aujourd’hui avec les pêcheurs [à Lorient]. Aujourd’hui, on en parle beaucoup, il y a des caméras. Le 26 décembre, quand les pêcheurs en colère étaient en train de crier leurs revendications, on n’a pas vu Monsieur Bardella, on a vu Madame Lysiane Métayer, députée de cette majorité qui, elle, n’était pas en vacances ! », a tonné Gabriel Attal cette fois tourné vers la partie la plus à droite de l’hémicycle.

Après la FNSEA lundi soir, le Premier ministre va continuer à recevoir les représentants du secteur. Il a promis des annonces « dans la semaine ».

À voir également sur Le HuffPost :

Karine Le Marchand appelle à soutenir les agriculteurs en consommant français

En Moselle, des agriculteurs s’en prennent au péage de l’A4 pour montrer leur colère

VIDÉO - Gabriel Attal affirme "son soutien et sa solidarité" envers la famille de l'agricultrice morte en Ariège