Publicité

Après l’attentat de Moscou, la Russie dit avoir arrêté des hommes armés au Daguestan prêts à récidiver

Quatre personnes qui prévoyaient de « commettre une série de crimes terroristes » ont été arrêtées, dix jours après l’attentat du Crocus City Hall qui a fait au moins 144 morts.

RUSSIE - Les services de sécurité russes (FSB) ont annoncé ce lundi 1er avril que les personnes arrêtées la veille au Daguestan, dans le Caucase russe, et accusées de préparer un attentat sont également liées aux auteurs de l’attaque d’une salle de concert près de Moscou en mars.

Le Comité national antiterroriste (NAK) avait rapporté dimanche l’arrestation à Makhatchkala et Kaspiïsk au Daguestan de trois personnes qui prévoyaient de « commettre une série de crimes terroristes », dix jours après l’attentat du Crocus City Hall qui a fait au moins 144 morts.

Apportant des précisions lundi, les services de sécurité russes ont affirmé que ces personnes, des citoyens étrangers, « préparaient un acte terroriste dans des lieux publics à Kaspiïsk », une ville située près de la capitale du Daguestan, république russe instable du Caucase, à majorité musulmane.

Enfin explosif improvisé et armes automatiques

Le NAK avait fait état dimanche de l’arrestation de trois personnes, mais le FSB a évoqué lundi quatre personnes interpellées, qui avaient en leur possession un engin explosif improvisé et des armes automatiques.

Le FSB a aussi affirmé lundi que les personnes arrêtées « étaient directement impliquées dans le financement et la fourniture de moyens de terreur aux auteurs de l’acte terroriste commis le 22 mars 2024 » au Crocus City Hall.

L’attaque de cette salle de concert a été revendiquée par l’organisation jihadiste État islamique, bien que les autorités russes persistent à y voir une piste ukrainienne. Douze personnes ont été arrêtées après ce massacre dont les quatre assaillants présumés qui sont originaires du Tadjikistan, une ex-république soviétique d’Asie centrale où l’EI est actif.

Vendredi soir, le FSB avait également annoncé avoir arrêté trois « ressortissants d’un pays d’Asie centrale » qui prévoyaient un attentat à la bombe dans le Sud-Ouest de la Russie.

À voir également sur Le HuffPost :

Réseau d’influence de la Russie à Bruxelles : Ce que l’on sait de l’affaire autour du Parlement européen

Le « syndrome de La Havane » aurait été causé par une arme sonique russe, selon cette enquête journalistique