Publicité

Après un féminicide dans le Var, le rôle de la police au cœur d’une enquête administrative

Quelques minutes après le départ des forces de l’ordre de son domicile, un sexagénaire en état d’ébriété a tué sa compagne, âgée de 64 ans.

C’est un nouveau féminicide dont le déroulement pose forcément question. Une enquête administrative a été ordonnée pour faire le jour sur la conduite de la police, après l’intervention d’un équipage, vendredi 2 février, au domicile d’un couple de Sanary-sur-Mer, dans le Var. Cette opération a eu lieu quelques minutes à peine avant que le mari, un sexagénaire en état d’ébriété, tue sa femme, a fait savoir le parquet de Toulon ce samedi 3.

Dupond-Moretti annonce 94 féminicides en 2023, chiffre contesté par un collectif féministe

Vendredi à 14 h 30, une équipe de la police-secours est arrivée au domicile du couple, à la demande de l’épouse, âgée de 64 ans. Les fonctionnaires ont alors constaté sur place « l’état respectif d’alcoolisation et l’existence d’un différend conjugal » entre les époux, a détaillé le procureur de Toulon, Samuel Finielz, dans un communiqué.

Armes illégales et meurtre à l’arme blanche

Alors que la femme expliquait qu’elle ne souhaitait pas déposer plainte, son époux a remis « spontanément plusieurs armes et munitions » à la police, des armes qu’il détenait illégalement. Ce couple était jusqu’à ce jour inconnu de la justice.

Mais à peine partis, les policiers ont été rappelés à 16 heures, trouvant le corps sans vie de la femme. Le mari, âgé de 69 ans, « indique immédiatement avoir tué son épouse avec une arme blanche », a poursuivi le procureur dans son récit.

« Afin de déterminer si les règles d’intervention et de traitement de ce type de situation ont été respectées, une enquête administrative, parallèle à l’enquête judiciaire, a été ordonnée par le directeur interdépartemental de la police », a donc précisé le parquet. Le mis en cause devrait, lui, être déféré d’ici dimanche en vue de l’ouverture d’une information judiciaire pour homicide par conjoint.

Un féminicide survient en moyenne tous les trois jours en France. En 2022, 118 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint, selon un bilan du ministère de l’Intérieur. Des chiffres qui seraient sous-estimés, à en croire les associations féministes.

À voir également sur le HuffPost :

Justice patrimoniale : première étape vers la fin des héritages pour les auteurs de féminicides

En Italie, le féminicide de Giulia Cecchettin, et la traque de Filippo Turetta, son ex-petit ami, ont ému tout le pays

VIDÉO - Thomas Chagnaud : "Derrière un féminicide, il y a une famille qui est terrassée"