Publicité

Après le drame de l’Ariège, la colère des agriculteurs monte encore d’un cran

Endeuillée mais pas résignée. La mobilisation des agriculteurs monte d’un cran ce mercredi 24 janvier partout en France à coups de barrages routiers et d’actions coup de poing afin de faire pression sur le gouvernement de Gabriel Attal et obtenir rapidement des réponses à leurs revendications : allant des pesticides, au prix du carburant en passant par les normes environnementales.

À lire aussi Le projet de loi sur l'agriculture reporté de « quelques semaines », annonce Marc Fesneau

Tôt ce matin, des agriculteurs étaient déjà sur le pont. Au moins 200 tracteurs ont notamment envahi la rocade de Bordeaux, bloquant la circulation pour exprimer les revendications d’une « agriculture en colère » rapporte Sud-Ouest. Démarré jeudi dernier en Occitanie par un blocage d’autoroute, le mouvement s’est depuis étendu dans l’ensemble de l’Hexagone.

« Les actions vont s’amplifier »

Et rien ne semble arrêter le mouvement : « les actions vont s’amplifier » ce mercredi, a promis mardi soir sur TF1 le président de la FNSEA, Arnaud Rousseau. D’après le premier syndicat agricole plusieurs actions sont à prévoir : l’A4 doit par exemple être bloquée près de Strasbourg à partir de la mi-journée tandis que les Jeunes Agriculteurs prévoient de bâcher les radars de Moselle. À Agen, la Coordination rurale bloque l’A62 et menace aussi de faire « tomber » les grilles de la préfecture, qu’ils ont déjà arrosées de lisier mardi.

La veille, la mobilisation a surtout été émaillée par un dramati...


Lire la suite sur ParisMatch