Après deux incendies, Bolloré s’apprête à rappeler ses bus électriques

La RATP dispose de 149 Bluebus, le modèle mis en cause dans les 2 incendies (illustration).
La RATP dispose de 149 Bluebus, le modèle mis en cause dans les 2 incendies (illustration).

La cause principale des deux incendies de bus électriques Bluebus (Bolloré) survenus en avril à Paris a été « très vraisemblablement » identifiée et devrait occasionner un rappel de la série défectueuse, a indiqué mercredi 25 mai le patron du groupe, Cyrille Bolloré. « Nous avons très vraisemblablement identifié la cause racine et envoyé des courriers à nos clients », a dit le dirigeant lors de l'assemblée générale des actionnaires.

Le 29 avril, un autobus électrique Bluebus s'était embrasé dans le 13ᵉ arrondissement de la capitale, quelques semaines après un autre incendie de bus, dans le 5e arrondissement. Dans les deux cas, aucun passager ou conducteur n'avait été blessé lors de ces incidents. À la suite du deuxième sinistre, la RATP avait immédiatement retiré de la circulation, « par mesure de précaution », les 149 autobus électriques de la série produite par Blue Solutions. Ces véhicules, produits par une société du groupe Bolloré, représentaient près d'un tiers de la flotte de bus électriques parisienne. En tout, Bolloré a fourni 250 bus électriques à la régie des transports parisiens.

À LIRE AUSSILe train à hydrogène se met à rouler en France

Un rappel massif coûterait 10 millions d'euros

Selon les premiers résultats de l'enquête menée par Bluebus, le principal problème ne viendrait pas d'un « défaut d'électrochimie » mais « peut-être de l'assemblage d'un composant électronique sur une série donnée », a indiqué Cyrille Bolloré. Le rappel et la reproduct [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles