Après la démission de Mario Draghi, quel avenir politique en Italie?

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Les sénateurs italiens suivent le discours du Premier ministre italien Mario Draghi au Sénat à Rome, mercredi 20 juillet 2022.
Les sénateurs italiens suivent le discours du Premier ministre italien Mario Draghi au Sénat à Rome, mercredi 20 juillet 2022.

Les sénateurs italiens suivent le discours du Premier ministre italien Mario Draghi au Sénat à Rome, mercredi 20 juillet 2022.

ITALIE - Une Italie dans le flou à l’approche de nouvelles élections. Après une seconde démission remise au président Sergio Mattarella et finalement acceptée ce jeudi 21 juillet, le désormais ex-Premier ministre Mario Draghi laisse derrière lui un chantier politique de taille en Italie.

L’ancien président de la Banque centrale européenne (BCE) n’est plus le chef du gouvernement, même si “le gouvernement reste en place pour la gestion des affaires courantes”, précise la présidence italienne. Plus tard ce jeudi, dans la foulée de ces annonces, le président a décidé de dissoudre le Sénat et la Chambre des députés, provoquant automatiquement la tenue d’élections anticipées dans les semaines à venir.

“La situation politique a conduit à cette décision”, a déclaré le président lors d’une allocution télévisée, en référence à la démission du Premier ministre, après la défection jeudi de trois partis importants de sa coalition.

Le président italien Sergio Mattarella annonce avoir dissous le parlement italien jeudi 21 juillet, après que le Premier ministre Mario Draghi eut confirmé sa démission plus tôt dans la matinée.
Le président italien Sergio Mattarella annonce avoir dissous le parlement italien jeudi 21 juillet, après que le Premier ministre Mario Draghi eut confirmé sa démission plus tôt dans la matinée.

Le président italien Sergio Mattarella annonce avoir dissous le parlement italien jeudi 21 juillet, après que le Premier ministre Mario Draghi eut confirmé sa démission plus tôt dans la matinée.

“Après la journée de jeudi, il me semble très clair que les conditions ne sont plus réunies pour avoir un nouveau gouvernement”, estime le professeur Gaetano Azzariti, professeur de droit constitutionnel à l’université La Sapienza de Rome, interrogé par l’AFP. En effet, l’Italie est une république parlementaire, où c’est la majorité du parlement qui décide qui gouverne, pas le président. Et ce jeudi, “la réponse du parlement a été très claire selon moi!”, note Gaetano Azzariti.

Des élections anticipées dès cet automne

Le président de la République Sergio Mattarella a donc choisi de dissoudre le parlement, mais une question subsiste: quand pourraient avoir lieu ces élections? Plusieurs cas de figure sont possibles, même si ces dernières devront obligatoirement se tenir dans les 70 jours suivant la dissolution du parlement.

L’organisation -dans l’urgence- d’élections anticipées comme celles-ci seront toutefois rendues compliquées par le budget, qui doit être présenté au parlement avant le 15 octobre. Avec cette donnée en tête, l’organisation d’élections, la campagne électorale, la nomination d’un gouvernement puis sa prise de fonctions bousculent le calendrier italien.

Avec cette récente dissolution, les élections pourraient ainsi se tenir le 18, le 25 septembre ou le 2 octobre. L’Italie s’oriente donc vers une campagne électorale “sous les parasols”. Finalement, ces élections législatives pour renouveler le Sénat et la Chambre des députés auront lieu le 25 septembre, selon des sources gouvernementales.

La coalition de centre-droit (déjà) favorite

Reste l’interrogation autour de la succession à la coalition de Mario Draghi. À l’heure actuelle, l’archi-favori est la coalition dite “de centre-droit”, qui réunit Forza Italia, le parti de droite de Silvio Berlusconi, et l’extrême droite représentée par la Ligue du tribun populiste antimigrants Matteo Salvini et Fratelli d’Italia.

Ce parti post-fasciste, présidé par Giorgia Meloni, est donné premier dans les intentions de vote, à près de 24%, devant le Parti démocrate (22%) et la Ligue (14%), selon un sondage de l’institut SWG réalisé le 18 juillet. Forza Italia recueillerait 7,4% des voix et le Mouvement 5 Etoiles (M5S) 11,2%.

La loi électorale actuelle, un mélange complexe de proportionnelle et de scrutin uninominal à un tour, constitue “un grand avantage pour le centre-droit”, explique à l’AFP Gaetano Azzariti. “Le centre-droit s’est déjà mis d’accord pour présenter un candidat commun, contre lequel se présentent un du Parti démocrate, un des 5 Étoiles... etc,  donc il est clair que c’est le centre-droit qui gagne”.

La coalition de centre-droit est loin d’être monolithique et a connu des hauts et des bas, notamment lors de la présidentielle en début d’année, pour laquelle les trois partis ont été incapables de se mettre d’accord. En outre, la camouflet infligé à Draghi est passé très mal chez certaines figures modérées de Forza Italia: deux ministres de ce parti au sein du gouvernement Draghi en ont d’ores et déjà claqué la porte ce jeudi.

À voir également sur Le HuffPost: Le Premier ministre Boris Johnson annonce sa démission

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles