Publicité

Après cent jours de guerre, Nétanyahou promet de poursuivre les combats à Gaza

À Gaza, “où le Hamas oppose une résistance farouche à la campagne aérienne et terrestre d’Israël”, les combats ont continué “sans relâche”, dimanche 14 janvier, au 100e jour de guerre, rapporte The Guardian.

“L’assaut incessant” de l’État hébreu s’est poursuivi, avec 125 Palestiniens tués en vingt-quatre heures, constate pour sa part Al-Jazeera, bien que “les manifestations propalestiniennes qui ont eu lieu dans le monde entier au cours du week-end, de Johannesburg à Washington, aient appelé à [y mettre] fin”.

Selon le dernier bilan du ministère de la Santé du Hamas, l’offensive israélienne a tué au moins 23 968 personnes depuis son déclenchement, ce qui représente “1 personne sur 100 à Gaza”, observe la chaîne qatarie.

En Israël, note The Guardian, “l’attention s’est surtout portée” sur les plus de 130 otages toujours retenus dans l’enclave. Les Israéliens ont marqué cette date avec une grève de cent minutes et des rassemblements pour exiger leur retour, “mais sans grand soulagement de l’anxiété qui a saisi le pays depuis que le Hamas a lancé ses attaques le 7 octobre”.

Une grande manifestation a notamment eu lieu à Tel-Aviv, où des milliers de personnes étaient présentes, “malgré une pluie battante”.

“Deux heures seulement” après, le Hamas a diffusé une vidéo donnant des “signes de vie” de trois otages, écrit Ynetnews, qui dénonce la “guerre psychologique du groupe terroriste”.

“Jusqu’à la victoire totale”

Le New York Times souligne de son côté que le Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, “a adopté un ton de défi” à l’occasion du cap des cent jours, déclarant dans une allocution télévisée samedi que la guerre contre le Hamas se poursuivrait “jusqu’à la fin, jusqu’à la victoire totale”.

“Nous poursuivons la guerre […] jusqu’à ce que nous ayons atteint tous nos objectifs : éliminer le Hamas, ramener tous nos otages et faire en sorte que Gaza ne constitue plus jamais une menace pour Israël”, a-t-il déclaré. “Personne ne nous arrêtera – ni La Haye, ni l’axe du mal, ni personne d’autre”, a-t-il ajouté.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :