Publicité

Après avoir longtemps négligé la voiture électrique, ce pays va enfin s'y mettre

Le gouvernement italien a dévoilé un ambitieux plan d'incitations financières de 950 millions d'euros pour stimuler le renouvellement du parc automobile du pays en 2024. Cette annonce survient au milieu d'une vive controverse avec le groupe Stellantis, qui reproche au gouvernement de Giorgia Meloni de ne pas accorder une attention suffisante à la transition vers les véhicules électriques.

Le ministre des Entreprises et du Made in Italy, Adolfo Urso, a présenté le nouveau "plan d'incitation pour l'automobile" lors d'une réunion à Rome, en présence d'industriels et de partenaires sociaux. Ce plan repose sur trois piliers majeurs : éliminer les véhicules polluants, faciliter le changement de voiture pour les foyers modestes, et soutenir la production automobile en Italie.

Un parc automobile vieillissant

Le gouvernement italien, conscient de la vétusté de son parc automobile, prévoit des incitations à l'achat de véhicules neufs électriques ou hybrides, ainsi qu'à l'installation de bornes de recharge. Le ministère des Entreprises et du Made in Italy a souligné dans un document que le parc automobile italien est actuellement l'un des plus anciens d'Europe. Cependant, ces mesures ne sont pas sans susciter la controverse, notamment avec le groupe Stellantis. La direction de l'entreprise a accusé le gouvernement italien de délaisser l'électrique, tandis que des échanges de critiques ont éclaté entre Giorgia Meloni et Stellantis, avec des accusations de favoritisme envers la France depuis la fusion de PSA avec FCA en 2021.
Carlos Tavares, le PDG de Stellantis, a exprimé son mécontentement au sein du magazine Challenges, déplorant "l'opposition franche" à la...Lire la suite sur Autoplus