Publicité

Après le 49.3 sur la réforme des retraites, LFI et RN déposeront chacun une motion de censure

Marine Le Pen déposera une motion de censure contre Élisabeth Borne après l’utilisation du 49.3 sur les retraites
Marine Le Pen déposera une motion de censure contre Élisabeth Borne après l’utilisation du 49.3 sur les retraites

POLITIQUE - « Il faut partir madame », a lancé Marine Le Pen depuis la salle des Quatre Colonnes à l’Assemblée nationale, après le déclenchement ce jeudi 16 mars du 49.3 par Élisabeth Borne pour faire passer la réforme des retraites. Pour pousser la Première ministre vers la sortie, la présidente des députés Rassemblement National a annoncé le dépôt par son groupe d’une motion de censure.

« Nous allons évidemment déposer une motion de censure » a confirmé Marine Le Pen. « Il faut censurer ce gouvernement et nous espérons que ceux qui s’apprêtaient à voter contre cette réforme des retraites voteront cette motion de censure », ajoute-t-elle précisant que son groupe votera « l’intégralité des motions qui seront déposées. »

« C’est un constat d’échec total » pour Emmanuel Macron, a ajouté la présidente du groupe Rassemblement national qui compte 88 députés, en estimant que la situation est celle d’une « crise politique ». « Quand un texte ne peut réunir une majorité, il ne devrait jamais voir le jour », estime-t-elle aussi, dénonçant l’existence même du controversé outil constitutionnel.

« La démocratie parlementaire aura le dernier mot »

Plusieurs groupes, notamment la France Insoumise, avaient aussi promis de contre-attaquer avec une motion de censure en cas de 49.3. Ce qu’a une nouvelle fois confirmé la cheffe de file du groupe LFI à l’Assemblée nationale.

« Nous irons déposer des motions de censure et nous utiliserons tous les outils à notre disposition pour continuer cette lutte que mènent des millions de gens dans le pays », a assuré l’insoumise Mathilde Panot après l’annonce du 49.3.

Mais depuis plusieurs jours, des députés travaillent aussi sur une motion de censure « transpartisane » déposée par le groupe LIOT (groupe des Libertés, indépendants, Outre-mer et territoires).

Élisabeth Borne pourrait-elle tomber à l’issue ? À la tribune, elle a anticipé le dépôt de ces motions, soulignant « qu’un vote aura donc bien lieu, comme il se doit ». « Et c’est donc la démocratie parlementaire qui aura le dernier mot », a-t-elle développé.

La Première ministre a déjà fait l’objet de plusieurs actions similaires depuis son entrée à Matignon. Jusqu’alors, elle en a toujours réchappé, les voix de l’opposition de gauche n’étant pas suffisante pour faire tomber le gouvernement. Mais les voix des élus LR opposés à la réforme pourraient venir s’ajouter au vote cette fois, sans certitude pour autant que l’issue soit défavorable à la Première ministre.

À voir également sur Le HuffPost :

Réforme des retraites : au Sénat cet amendement de dernière minute fait hurler la gauche

La réforme des retraites adoptée (sans surprise) au Sénat