Publicité

Après la mort d’Alexeï Navalny, le Royaume-Uni sanctionne six responsables de la prison de Kharp

David Cameron (ici le 20 février au Paraguay) a annoncé des sanctions contre six responsables de la prison où est mort Alexeï Navalny.
NORBERTO DUARTE / AFP David Cameron (ici le 20 février au Paraguay) a annoncé des sanctions contre six responsables de la prison où est mort Alexeï Navalny.

INTERNATIONAL - C’est le premier pays à imposer des sanctions à la Russie pour la mort d’Alexeï Navalny. Le Royaume-Uni a annoncé ce mercredi 21 février prendre des sanctions contre six responsables de la colonie pénitentiaire de l’Arctique russe où est décédé l’opposant à Vladimir Poutine le 16 février. Londres réclame aussi que la dépouille soit remise « immédiatement » à sa famille et que soit menée une enquête « transparente ».

Russie : les ambassadeurs russes convoqués dans plusieurs pays européens après la mort de Navalny, et après ?

Le directeur de la colonie N° 3 de la localité de Kharp, Vadim Kalinine, ainsi que cinq adjoints (Sergey Korzhov, Vasily Vydrin, Vladimir Pilipchik, Aleksandr Obraztsov et Aleksandr Golyakov), sont visés par des interdictions de séjour au Royaume-Uni après la mort en prison du militant anticorruption, qui purgeait une peine de 19 ans pour « extrémisme ». Ces six responsables verront aussi d’éventuels avoirs sur le sol britannique gelés, a précisé le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

« Les responsables du traitement brutal infligé à Navalny ne doivent se faire aucune illusion : nous les tiendrons pour responsables », a déclaré le chef de la diplomatie, David Cameron, cité dans le communiqué. « Les autorités russes voyaient clairement Navalny comme une menace et ont tenté à plusieurs reprises de le faire taire », a-t-il ajouté.

Les États-Unis ont eux aussi prévenu qu’ils annonceraient le 23 février un train de « sanctions majeures » contre Moscou, « afin de tenir la Russie responsable de ce qui est arrivé à M. Navalny ».

David Cameron rappelle le système oppressif de la Russie

« Personne ne doit douter de la nature oppressive du système russe », a insisté David Cameron. L’ancien Premier ministre britannique compte aussi profiter de sa présence à une réunion du G20 au Brésil, ces mercredi et jeudi, pour dénoncer « l’agression russe » en Ukraine « directement » auprès de son homologue russe Sergueï Lavrov.

Le Royaume-Uni avait dès vendredi convoqué un haut diplomate russe et ne cesse de réclamer que le corps du militant anticorruption soit « remis à sa famille immédiatement » et qu’« une enquête complète et transparente » soit lancée sur sa mort.

Selon l’équipe du défunt, les enquêteurs russes ont affirmé lundi qu’ils ne rendraient pas sa dépouille avant au moins 14 jours afin de procéder à une « expertise ».

À voir également sur Le HuffPost :

Donald Trump se compare encore à Alexeï Navalny, l’opposant russe mort dans une prison de l’Arctique

Mort d’Alexeï Navalny : Twitter plaide l’« erreur » après la brève suspension du compte de Ioulia Navalnaïa