Publicité

Après l’attaque au couteau à Dublin, 34 arrestations au lendemain d’une nuit d’émeutes imputées à l’extrême droite

IRLANDE - Un tramway brûlé et des débris de voitures calcinées. Sous le regard choqué des passants, l’opération nettoyage a commencé à Dublin ce vendredi après une nuit de violences imputées à l’extrême droite par les autorités. Les heurts ont éclaté dans la soirée du jeudi 23 novembre, sur fond de rumeurs concernant l’origine présumée d’un homme ayant blessé au couteau cinq personnes en début d’après-midi.

Dans le centre-ville de Dublin, les émeutiers ont incendié des véhicules, affronté la police, et saccagé une douzaine commerces, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo ci-dessus. Certains ont également brandi des pancartes « Irish Lives Matter » (« Les vies irlandaises comptent »).

Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar a dénoncé une explosion de violences exacerbées par un discours anti-immigration, et des émeutiers qui « font honte à l’Irlande ». Il a promis en conséquence une modernisation des lois concernant les « crimes motivés par la haine », et a ajouté que le coût des émeutes pourrait atteindre les « dizaines de millions » d’euros indique The Irish Times.

La police irlandaise a annoncé avoir arrêté 34 personnes, mais a prévenu que d’autres interpellations sont à venir. Plusieurs écoles dans le nord de Dublin ont également été fermées ce midi sur recommandation des autorités.

Un tramway et plusieurs bus ayant été endommagés jeudi soir, les services de transports en commun revient progressivement à la normale.

À voir également sur Le HuffPost :

Geert Wilders gagne aux Pays-Bas, le Rassemblement national seul parti à s’en réjouir en France

Au Portugal, Marine Le Pen surfe sur la vague populiste en vue des élections européennes