Publicité

Apple a fabriqué un système pour faire fuir la plupart des développeurs

Quand l’Union européenne a annoncé que son futur règlement numérique, le Digital Markets Act, forcerait à Apple à autoriser l’installation d’applications tierces sur iPhone, imaginait-elle que la marque annoncerait un système si contrôlé ?

Le 25 janvier 2024, Apple a annoncé l’arrivée de magasins concurrents de l’App Store sur iPhone. Pour la première fois en 17 ans, il sera possible d’installer des applications sans passer par l’App Store, tout en contournant la fameuse taxe des 30 %. Problème : ce changement n’est pas le déverrouillage de l’iPhone que certains attendent depuis des années. Apple conserve le dernier mot sur les applications proposées et, encore plus surprenant, est celui qui autorise la création d’un magasin alternatif. Ces conditions ne ravivent que moyennement de nombreux développeurs qui, passé l’engouement pour l’annonce, ont vite compris qu’ils payeraient beaucoup plus avec le nouveau système que l’ancien.

Restez sur l’App Store… ou donnez-nous beaucoup d’argent

La fin tant souhaitée de l’App Store n’est pas arrivée. Comme le pressentaient plusieurs médias comme Bloomberg, ce qu’a annoncé Apple est l’arrivée d’un second magasin à l’intérieur du premier magasin. Les développeurs qui proposent des applications dans l’Union européenne ont désormais la possibilité de choisir entre ces deux conditions :

  • Les conditions originales, obligatoires dans tous les pays qui ne sont pas dans l’Union européenne. Les ventes sont exclusives à l’App Store et les achats intégrés,

[Lire la suite]

Crédits photos de l'image de une : Le logo de l'App Store. // Source : Numerama