Publicité

Anthrobot, un "robot biologique" à partir de cellules humaines

Des chercheurs ont créé un amas de cellules humaines capable de se mouvoir grâce à des cils et d’induire spontanément la réparation de tissus neuronaux. Des travaux préliminaires mais prometteurs qui pourraient aboutir à l’élaboration d’un outil médical personnalisé et donc mieux toléré par les patients.

Il se déplace, et se répare… le tout sans modification génétique ! Des chercheurs américains ont découvert les capacités étonnantes des cellules de la trachée et ont créé un amas de cellules autonome, baptisé Anthrobot. Leur objectif ? Utiliser cet outil pour délivrer des médicaments, tester des thérapies ou encore nettoyer les artères…

Les premières conclusions ont été publiées dans la revue Advanced Science. "Ces résultats sont préliminaires mais très prometteurs quant à la personnalisation des traitements", avance Gaëtan Bellot, chercheur CNRS au centre de biologie structurale de l’Inserm, lors d’une interview avec Sciences et Avenir. L’étude fait suite à de précédents travaux sur les cellules de grenouille, au cours desquels d’autres chercheurs de Tufts University avaient développé des "robots biologiques" capables de se reproduire et dénommés Xénobots.

La stupéfiante autonomie des cellules trachéales

Tout commence par un prélèvement de cellules dans la trachée. "Nous voulions explorer leurs capacités, en dehors de leur fonction première à l’intérieur du conduit respiratoire”, se souvient Gizem Gumuskaya, co-auteur de l’étude.

En les déposant dans leur boîte de pétri, les scientifiques s’aperçoivent que ces cellules s’agglomèrent spontanément entre elles pour former un amas. A cette étonnante découverte s’ajoute une propriété intrinsèque aux cellules trachéales : le développement de cils mobiles à sa surface !

Dans la trachée, ces minuscules poils sont très utiles pour expulser de nos voies respiratoires les particules que nous inhalons. C’est ce qui se passe quand nous toussons par exemple.

Dans leur laboratoire, les biologistes ont donc favorisé la croissance des cils vers l’extérieur de l’amas cellulaire. De sorte qu’ils agissent comme des rames et mettent en mouvement l’Anthrobot. Il se déplace ainsi de manière autonome, poussé par le mouvement régulier et automatique des cils. Certains en ligne droite, d’autres en cercle… en fonction de leur forme et de la [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi