Publicité

Anne Hathaway quitte un shooting pour « Vanity Fair » en solidarité avec les employés de Condé Nast en grève

L’actrice du « Diable s’habille en Prada » a soutenu le mouvement de grève des journalistes à New York. Condé Nast a annoncé licencier 5 % de ses équipes.

Anne Hathaway reste fidèle à son personnage d’Andy dans Le Diable s’habille en Prada. L’actrice américaine est partie en pleine séance photo pour Vanity Fair lorsqu’elle a appris que les employés de Condé Nast, qui détient le magazine, étaient en grève. En arrivant à New York sur le lieu du shooting, l’actrice ignorait qu’une grève était en cours.

« Princesse malgré elle », avec Anne Hathaway, aura droit à un troisième film

Alors qu’elle était en train de se faire coiffer et maquiller, elle a été mise au courant par un membre du syndicat des acteurs, la SAG-AFTRA. « Elle s’est juste levée de sa chaise et est partie. Ils n’avaient même pas encore commencé à la prendre en photo », a raconté une source à Variety.

Son geste est d’autant plus fort qu’Anne Hathaway est célèbre pour avoir joué une jeune assistante exploitée pour le magazine de mode Runway dans Le Diable s’habille en Prada. Le film, sorti en 2006, est une caricature de Vogue, qui appartient dans la vraie vie à Condé Nast.

Les employés en grève ont d’ailleurs fait de nombreuses références au film dans leurs chants et pancartes, comme on le voit dans la vidéo ci-dessus, bien avant qu’Anne Hathaway ne quitte sa séance photo.

300 personnes licenciées

Le syndicat Condé Nast Union a remercié l’actrice pour son soutien dans un tweet :

Si Runway avait eu un syndicat, Le Diable s’habille en Prada aurait duré 30 secondes. Merci Anne Hathaway de ne pas avoir ignoré notre grève.

Ce mouvement de grève fait suite à la décision de Condé Nast de licencier 5 % de son personnel, soit environ 300 personnes. Le syndicat accuse la direction de cibler ses membres car 20 % des employés licenciés sont syndiqués.

Au total, 400 journalistes et salariés ont débrayé mardi 23 janvier pour dénoncer ces « pratiques déloyales ». Ils ont appelé à ne pas visiter les sites de Vogue, Vanity Fair, GQ, Glamour, et autres titres du groupe pendant 24 heures.

À voir également sur Le HuffPost :

Ryan Gosling déplore l’absence de Margot Robbie et Greta Gerwig aux Oscars : « Pas de Ken sans Barbie »

Ce signe des mains de Travis Kelce à Taylor Swift n’est pas passé inaperçu sur le terrain

VIDÉO - Anne Hathaway : cette décision radicale qu'elle a prise pour le bien de son fils