Publicité

Les anciens chasseurs-cueilleurs des Andes se nourrissaient essentiellement de pommes de terre

Les chasseurs-cueilleurs des Andes étaient plutôt des cueilleurs de pommes de terre sauvages que des chasseurs. En effet, des analyses isotopiques de leurs os révèlent que la viande constituait moins de 15% de leur alimentation.

Pour désigner les groupes sociaux préhistoriques, on se réfère à leur mode de subsistance en parlant de "chasseurs-cueilleurs". Or ce terme recouvre bien des nuances, comme ne cessent de le démontrer de récentes études. Malgré les idées préconçues qui voudraient que la chasse soit attribuée aux hommes et la cueillette aux femmes, on pouvait compter des femmes parmi les chasseurs. C’est ce qui a été constaté en 2020 sur le site archaïque andin de Wilamaya Patjxa, au Pérou, où les restes d’un individu entouré de ses armes ont finalement été identifiés comme ceux d’une femme, alors qu’on supposait au départ qu’il s’agissait d’un homme.

Comme le confiait à Sciences et Avenir l’archéoanthropologue américain Randall Haas, à l’origine de cette découverte, il faut admettre que l’archéologie s’est bien souvent construite sur des préjugés, donnant "le beau rôle" au masculin. Pendant la préhistoire, "le beau rôle", c’est celui de chasseur, impliquant adresse et prestige – notamment parce que la chasse était le mode privilégié d’apport de nourriture. Mais en est-on certain ? En étudiant les ossements d’une vingtaine d’individus ayant vécu sur les hauts plateaux andins entre 7000 et 4500 avant notre ère, l’équipe de Randall Haas arrive à une étonnante conclusion, publiée dans la revue PLoS ONE : en réalité, la viande n’était pas souvent au menu, puisque ces chasseurs-cueilleurs se nourrissaient à 85% de végétaux. Encore un préjugé qui s’effondre !

Les anciens chasseurs-cueilleurs des Andes se nourrissaient essentiellement de pommes de terre

Pour connaître le régime alimentaire des chasseurs-cueilleurs andins, l’équipe de Randall Haas a étudié les ossements de 24 individus provenant de deux sites funéraires localisés sur l’Altiplano de la Cordillère des Andes, au Pérou, à une trentaine de kilomètres au sud-ouest du lac Titicaca. Wilamaya Patjxa est le plus ancien, puisqu’il date au moins de 9000 ans (de 7000 à 6700 avant notre ère), tandis que Soro Mik’aya Patjxa est plus récent[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi