Ancienne star de Manchester, Ryan Giggs jugé pour violences sur son ex-compagne

REUTERS/Carl Recine

L'ex-ailier vedette Ryan Giggs a commencé lundi à comparaître devant la justice britannique, accusé de violences sur sa compagne, qu'il réfute mais qui l'ont conduit à démissionner de son poste de sélectionneur du Pays de Galles à l'approche du Mondial-2022.

L'ex-ailier vedette Ryan Giggs a commencé lundi à comparaître devant la justice britannique, accusé de violences sur sa compagne, qu'il réfute mais qui l'ont conduit à démissionner de son poste de sélectionneur du Pays de Galles à l'approche du Mondial-2022. L'ancien joueur de 48 ans , qui a remporté deux Ligues des champions sous le maillot de Manchester United, est entré l'air grave, flanqué de ses avocats dans la Manchester Minshull Street. L'audience s'est ouverte vers 11H00 locales (10H00 GMT/12h00 françaises). La juge Hilary Manley a indiqué que le procès devrait durer deux semaines mais pourrait se prolonger.

Giggs plaide non coupable des faits qui lui sont reprochés, passibles d'une peine maximale de cinq ans de prison. Cette première journée est consacrée à la sélection des jurés et au discours du représentant de l'accusation, Peter Wright. Ce dernier a déclaré que des images de vidéosurveillances et d'autres images vidéos seront montrées au procès. Ryan Giggs est accusé d'avoir agressé son ancienne compagne, Kate Gerville, lors d'une violente dispute le 1er novembre 2020. La police avait été appelée au domicile de Giggs.

Il doit aussi répondre du délit de comportement d'emprise sur sa compagne pendant leur relation, qui avait commencé en 2017 et s'est achevée le jour des faits qui lui sont reprochés. Ce chef de poursuites recouvre des faits d'"isolement, rabaissement, humiliation, harcèlement, dégradation et mauvais traitements". Giggs, arrêté à son domicile en novembre 2020 et remis en liberté, est aussi inculpé pour violences sur la soeur de son ex-compagne, Emma Gerville. Lors d'une audience préliminaire en avril 2021, il a contesté les accusations portées contre lui et plaidé non coupable. Son procès(...)


Lire la suite sur Paris Match