Publicité

Un an, ça se fête non ?

Aujourd’hui, on aurait pu choisir de consacrer ce billet au résultat de la votation sur les SUV à Paris – une bonne nouvelle pour le climat – ou s’insurger contre Total qui continue d’augmenter son dividende, preuve que l’industrie fossile polluante se porte bien. Mais il s’avère que cette édition du 8 février 2024 marque le premier anniversaire de cette newsletter de Courrier International entièrement consacrée au climat. Un an de Climatiques, ça se fête, non ?

Vous êtes précisément 12 877 à nous recevoir le jeudi dans votre boîte électronique. Et nous voulions aussi vous dire merci d’être au rendez-vous ! Pour vous, chaque semaine, on débusque, dans la presse étrangère, les mille et une façons d’agir pour le climat.

Avec vous, on a partagé des initiatives surprenantes, un brin loufoques parfois, mais qui n’ont rien d’anecdotiques, pour lutter contre le dérèglement climatique et s’y adapter : des piscines chauffées par des centres de données au Royaume-Uni, des distributeurs de boissons au Japon détournés en absorbeurs de CO2, aux Philippines des tricycles customisés pour affronter les inondations, des rues recouvertes d’asphalte blanc pour faire baisser la température au Texas, à Séville des bus roulant aux oranges amères, des mini-centrales solaires sur les balcons allemands, ou encore en Thaïlande des tuk-tuks qui, peu à peu, abandonnent les carburants ultrapolluants pour passer à l’électrique.

Avec vous, on s’est ému du courage de ces jeunes gens qui ont osé porter plainte contre le Montana, lui reprochant de leur avoir volé “l’environnement propre et sain” que leur garantit pourtant la Constitution. Avec vous, on s’est félicité de voir que le courage paie : en août, la juge a donné raison aux plaignants, estimant qu’ils seront touchés de manière disproportionnée par le réchauffement rapide de la planète.

Avec vous, on a suivi de près la COP28, qui s’est déroulée fin 2023 à Dubaï, lui consacrant nos éditions du 30 novembre, du 7 et du 14 décembre.

On a observé que l’édition la plus populaire, la plus “cliquée”, est celle intitulée “Oui, il y a de l’espoir dans le dernier rapport du Giec”. Est-ce le Giec, l’espoir ou l’étonnante association des deux qui a suscité un intérêt particulier ? Est-ce le résultat d’un alignement particulier de planètes, un simple hasard de calendrier ? Difficile à dire…

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :