Les ambiguïtés de Marine Le Pen sur la vaccination

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

D’où ça sort? Dans ce nouveau rendez-vous hebdomadaire, Paris Match examine en détail une affirmation d'un ou une responsable politique. Pour son discours de rentrée à Fréjus, Marine Le Pen n'a pas hésité à grossir le trait dans un apparent appel du pied aux anti-vaccins.

«Des patients sont refusés à l’entrée des hôpitaux, faute de vaccination. Des vaccinations sont effectuées sur des ados malgré l’opposition des parents» - Marine Le Pen, le 12 septembre, à Fréjus, dans le Var.

Pour Marine Le Pen, «le temps est venu». C’est en tout cas ce que proclamait le slogan inscrit en larges caractères sur la scène de son meeting, dimanche à Fréjus. Pour sa rentrée politique, elle a consacré une bonne part de son propos aux «libertés chéries», une formule empruntée à «La Marseillaise» et censée condenser le positionnement politique de la candidate à l’élection présidentielle. Dans sa démonstration, listant les dangers qu’elle juge menacer les libertés, Marine Le Pen a notamment insisté sur le passe sanitaire, mis en place par le gouvernement pour lutter contre la pandémie de Covid-19, le qualifiant d’«atteinte disproportionnée à la liberté» et de «bannissement social injustifié». Mais l’ex-présidente du Rassemblement national a aussi tenu des propos ambigus concernant la vaccination.

Y a-t-il des patients «refusés à l’entrée des hôpitaux, faute de vaccination»? Marine Le Pen confond ici le passe sanitaire et la vaccination. Le passe sanitaire est exigé, depuis une loi du 5 août dernier, dans les établissements de santé, hors cas d’urgence. Mais il n’implique pas automatiquement la vaccination : un test négatif de moins de 72 heures, comme le précise un décret du 7 août, permet d’accéder aux hôpitaux pour des soins programmés ou pour des visites. La Fédération hospitalière de France (FHF) a indiqué à Paris Match qu’aucun cas de refus «faute de vaccination» ne lui était remonté. Sollicité, le Rassemblement national nous a répondu en occultant la distinction entre vaccination et passe sanitaire.(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles