Amazonie : Raoni porte plainte contre Bolsonaro pour « crime contre l’humanité »

Source AFP
·1 min de lecture
« Cette situation, la plus dramatique sur ces dix dernières années, résulte directement de la politique d'État développée par le gouvernement de Jair Bolsonaro », qui vise à « lever tous les obstacles pour piller les richesses de l'Amazonie », poursuit la plainte qui cible aussi plusieurs ministres.
« Cette situation, la plus dramatique sur ces dix dernières années, résulte directement de la politique d'État développée par le gouvernement de Jair Bolsonaro », qui vise à « lever tous les obstacles pour piller les richesses de l'Amazonie », poursuit la plainte qui cible aussi plusieurs ministres.

Le cacique Raoni Metuktire, défenseur emblématique de la forêt amazonienne, demande à la Cour pénale internationale d'enquêter pour « ?crimes contre l'humanité? » contre le président brésilien Jair Bolsonaro, accusé de « ?persécuter? » les peuples autochtones en détruisant leur habitat et bafouant leurs droits fondamentaux.

« ?Depuis son investiture [en janvier 2019, NDLR], la destruction de la forêt amazonienne s'est accélérée sans commune mesure : augmentation de la déforestation de 34,5 % en un an, taux d'assassinat de leaders autochtones le plus élevé depuis ces onze dernières années, effondrement et menaces des agences environnementales?? » résume la plainte du chef du peuple Kayapo et du cacique Almi Surui, dévoilée samedi par Le Monde et consultée par l'Agence France-Presse. « ?Cette situation, la plus dramatique sur ces dix dernières années, résulte directement de la politique d'État développée par le gouvernement de Jair Bolsonaro? », qui vise à « ?lever tous les obstacles pour piller les richesses de l'Amazonie? », poursuit la plainte, qui cible aussi plusieurs ministres.

« Destruction de la forêt amazonienne »

Cette communication à la CPI d'une cinquantaine de pages, rédigée par l'avocat français William Bourdon, rassemble les accusations portées par des dizaines d'ONG locales et internationales, des institutions internationales et par des scientifiques spécialistes du climat : suspension du démarquage des territoires autochtones, projet de loi pou [...] Lire la suite