Publicité

Amélie Oudéa-Castéra doit-elle démissionner ? On a posé la question dans la manifestation des professeurs

ÉDUCATION NATIONALE - La grève était prévue de longue date, mais une revendication supplémentaire s’est ajoutée. Les enseignants et personnels de l’Éducation ont manifesté ce 1er février dans plusieurs villes de France pour alerter sur leurs conditions de travail et leurs salaires. Mais beaucoup ont aussi défilé pour défendre l’école publique après les propos polémiques d’Amélie Oudéa-Castéra.

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article, Le HuffPost a demandé à certains manifestants dans le cortège parisien si la ministre de l’Éducation nationale devait démissionner.

Éric, professeur des écoles dans le Val-de-Marne, explique que cela fait partie de « leurs demandes » car sa démission serait un « symbole fort ». « Franchement, ça nous ferait quand même bien plaisir, vu le tombereau de saloperies qu’elle nous a balancé depuis qu’elle est ministre », souffle Catherine, professeure d’histoire-géographie venue du Var.

« Elle est hors-sol mais d’autres feraient la même politique »

Pour sa collègue Cécile, la demande a un sens. Mais elle estime aussi que les problèmes rencontrés au quotidien par les enseignants resteraient même en cas de changement de ministre. « Amélie Oudéa-Castéra est très maladroite et hors-sol, mais si les autres seraient peut-être plus malins sur le discours, ils feraient la même politique » déplore-t-elle.

Sur une note moins pessimiste, Guillaume, enseignant d’histoire-géographie en Seine-Saint-Denis, invite la ministre à « écouter nos syndicats qui pourraient l’aider à mieux cerner les problèmes de l’école qui ne sont certainement pas l’uniforme et les groupes de niveaux, mais plutôt le besoin d’avoir moins d’élèves par classe, plus de profs et des locaux en meilleur état ». « Si elle était capable d’écouter ça, il n’y aura pas de problème pour qu’elle reste », assure-t-il.

À voir également sur Le HuffPost :

Éducation nationale : 47 % d’enseignants en grève dans les collèges et lycées, selon le syndicat Snes-FSU

Blocage des agriculteurs : comment la FNSEA veut poursuivre le mouvement d’ici le Salon de l’agriculture