Publicité

Si Alzheimer n'existait pas pendant l'Antiquité, est-ce une maladie des temps modernes ?

Il semblerait que la démence n'ait pas toujours existé. Une analyse d’anciens textes de médecine grecs et romains suggère que la maladie d’Alzheimer et les déficiences cognitives associées étaient très peu présentes pendant l’Antiquité. Elles seraient donc des maladies liées à des environnements et des modes de vie modernes, estiment les auteurs.

Caleb Finch, chercheur en gérontologie, et Stanley Burstein, historien, ont épluché plusieurs archives médicales rédigées entre le 8e siècle avant notre ère et le 3e siècle de notre ère. Le corpus intégrait notamment des textes d’Hippocrate et de ses disciples, qui répertoriait les maladies de personnes âgées telles que la surdité, les étourdissements et les problèmes digestifs. Quasi rien sur les pertes de mémoire, indiquent-ils dans leur étude publiée dans le Journal of Alzheimer's Disease.

Ces symptômes étaient extrêmement rares il y a 2 000 à 2 500 ans, à l’époque d’Aristote, de Galien et de Pline l’Ancien, affirment-ils dans un communiqué.

“Les Grecs de l'Antiquité avaient très, très peu - mais nous les avons trouvés - de mentions de quelque chose qui ressemblerait à une légère déficience cognitive”, a déclaré Caleb Finch, professeur à l'université de gérontologie USC Leonard Davis.

Les Grecs de l’Antiquité évoquaient des problèmes de mémoire associés à la vieillesse, qui pourraient être aujourd’hui considérés comme des troubles cognitifs légers, mais “rien de comparable” aux lourds symptômes d’Alzheimer ou des démences, indique (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le jeûne est-il un remède miracle contre le cancer ?
Le racisme peut altérer le cerveau des personnes qui en sont victimes
Viagra : prendre la pilule bleue pourrait éloigner la maladie d'Alzheimer
Votre gourde est certainement très sale, voilà comment bien la nettoyer
Quelle est la différence entre alcoolisme et dipsomanie ?