Alpes-de-Haute-Provence : le corps d'un homme retrouvé dans sa voiture 13 ans après sa disparition

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
La voiture et les ossements d'un homme disparu en 2008 ont été retrouvés à Sainte-Croix-du-Verdon (Alpes-de-Haute-Provence).
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Un jeune homme originaire du Var avait disparu en 2008. Ses ossements et sa voiture ont été découverts 13 ans après à Sainte-Croix-du-Verdon (Alpes-de-Haute-Provence).

Mardi 21 décembre, vers 10h30, un promeneur cherche un raccourci et découvre une voiture écrasée ainsi que des ossements. La Peugeot 2015 blanche se trouvait dans un ravin, à 20 mètres en contrebas de la route, à l'entrée du village touristique de Sainte-Croix-du-Verdon (Alpes-de-Haute-Provence), rapporte La Provence.

Les résultats d'analyses des ossements envoyés à l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) seront connus dans plusieurs mois. Cependant, les enquêteurs estiment que les ossements pourraient être ceux du propriétaire de la voiture : un homme, originaire du Var. Un courrier d'employeur lui étant adressé a également été retrouvé à l'intérieur du véhicule.

Aucun signalement 

D'après une source judiciaire, la voiture ne fait l'objet d'aucun signalement de vol et son propriétaire n'est pas porté disparu.

L'homme en question avait pourtant soudainement disparu en 2008. Agé de 20 ans à l'époque, il avait quitté le domicile de son oncle et de sa tante à Pourrières (Var) et n'était plus jamais apparu. "Orphelin, le jeune garçon vadrouille facilement entre plusieurs membres de sa famille et n’a pas d’adresse fixe visiblement", raconte une source proche de l'enquête, relayée par le quotidien régional.

Sa disparition, il y a treize ans, n’avait ainsi fait l’objet d’aucun signalement, ni à la police, ni à la gendarmerie. Seul son oncle avait publié un avis de disparition, sur le site internet personnedisparue.

"Contactée récemment, la famille n’a pas évoqué de tendance suicidaire et a confirmé qu’aucune démarche n’avait été prise à l’époque auprès des autorités et des forces de l’ordre", relate une source. 

Une enquête est ouverte par le parquet de Digne-les-Bains afin de déterminer les causes du décès.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles