Publicité

Allemagne: près de 150.000 personnes manifestent contre l'extrême droite à Berlin

Ils forment une chaîne humaine devant le Reichstag et scandent des slogans anti-fascistes: près de 150.000 personnes ont manifesté ce samedi 3 février selon la police au centre de Berlin contre l'extrême droite et plus de deux cents rassemblements pacifiques ont eu lieu dans le pays.

"Nous sommes 300.000 personnes à Berlin et des dizaines de milliers dans les rues de toute l'Allemagne et en livestream. Vous êtes fous !", ont déclaré pour leur part les organisateurs sur X (ex-Twitter).

La place devant le Reichstag, en plein coeur du quartier du pouvoir, était noire de monde en milieu de journée. De nombreuses personnes n'ayant pu y accéder ont été redirigées sur les rives de la Spree et du côté du parc du Tiergarten voisin.

"Tous ensemble contre le fascisme!", scandait la foule suivie en direct par un millier de personnes sur YouTube.

"Du coeur au lieu de la haine", "Le racisme n'est pas une alternative", "Liberté Égalité Fuck AfD", en référence au parti anti-migrants et anti-système Alternative pour l'Allemagne, pouvait-on lire sur les pancartes bariolées des manifestants.

Les 200 rassemblements prévues dans le pays, comme depuis plusieurs semaines, témoignent du choc provoqué par la révélation le 10 janvier par le média d'investigation allemand Correctiv d'une réunion d'extrémistes à Potsdam, près de Berlin, où, en novembre, un projet d'expulsion massive de personnes étrangères ou d'origine étrangère a été discuté.

"Donner un signal"

Sur fond de ralentissement économique et d'inflation, l'AfD ne cesse de progresser dans les sondages, à quelques mois de trois importantes élections régionales dans l'est du pays.

"Je ne sais pas si ces manifestations auront un effet sur les électeurs de l'AfD, mais il est important de donner un signal, car l'humanité disparaît dans les relations entre les gens et nous avons besoin de plus d'humanité et de respect pour nos différences", a déclaré Margret Hurth, éducatrice de 53 ans à Berlin.

Le rassemblement a été organisé par le mouvement "Hand in Hand" (main dans la main en français), qui réunit près de 1.800 organisations, dont l'organisation Friday for Future et l'alliance citoyenne Campact.

Martin Raue, professeur d'université de 38 ans, est venu de Suède pour l'occasion: "Je suis venu pour donner l'exemple. Je suis né en Allemagne".

Jonas Schmidt, conducteur de train de Brême, a affirmé pour sa part qu'il fallait "tous se donner de la force, ne pas renoncer, parce que l'AfD est forte et que l'idée est de nous intimider. Nous montrons ici que nous sommes plus nombreux qu'eux".

"Un signe fort pour la démocratie"

Les forces de l'ordre de la capitale ont indiqué avoir déployé 700 policiers sur place. Plusieurs stations de métro et de bus, dont celle de la porte de Brandebourg, ont été fermées, a indiqué la BVG sur X, société de gestion des transports en commun de la ville, tandis que la circulation était perturbée dans le quartier de Mitte.

À Potsdam, capitale du Land du Brandebourg voisin, une chaine humaine s'étaient formée autour du bâtiment du Landtag, selon un média local.

"Que ce soit à Eisenach, Homburg ou Berlin: dans des petites et grandes villes de tout le pays, de nombreux citoyens et citoyennes se rassemblent pour manifester contre l'oubli, contre la haine et l'incitation à la haine ce week-end aussi. Un signe fort pour la démocratie et notre Constitution", a déclaré le chancelier fédéral Olaf Scholz sur X samedi matin.

"L'AfD développe des forces de plus en plus radicales. C'est un parti profondément d'extrême droite. Je suis littéralement secoué chaque fois que j'entends ces discours haineux", a indiqué Markus Söder, le chef de la CSU, dans le journal Rheinische Post.

"Où en sommes-nous en Allemagne lorsqu'un gouvernement appelle à une manifestation contre une partie de la population?", a pour sa part déclaré l'AfD sur X, dénonçant une "campagne contre le seul véritable parti d'opposition d'Allemagne".

Article original publié sur BFMTV.com