Publicité

Allemagne : nouvelle manifestation contre l'extrême droite à Berlin

Allemagne : nouvelle manifestation contre l'extrême droite à Berlin

La vague des manifestations contre l'extrême droite se poursuit en Allemagne. Au moins 150 000 personnes se sont rassemblées samedi après-midi devant le siège du parlement national.

Cette puissante vague de mobilisation, assez inédite Outre-Rhin, a été lancée il y a trois semaines après publication d'un reportage de presse racontant la tenue d'une réunion secrète à Potsdam sur le thème de la remigration-expulsion de millions d'immigrés y inclus de nationalité allemande. Une réunion à laquelle participaient divers représentants d'extrême droite et notamment du parti AfD (Alternative pour l'Allemagne).

La réunion a d'autant plus choqué une partie de l'opinion qu'elle s'est tenue à quelques encablure du château où les chefs nazis avaient décidé d'impliquer l'appareil d'État allemand dans la mise en œuvre de l'extermination des juifs (conférence de Wannsee).

La manifestation de samedi a attiré plus de participants que prévu par les organisateurs, malgré des averses de pluie intermittentes dans la capitale allemande. La police a indiqué qu'en milieu d'après-midi samedi, environ 150 000 personnes étaient présentes.

Des manifestations similaires contre l'extrême droite dans d'autres villes allemandes, notamment à Fribourg, dans le sud du pays, et à Hanovre, dans l'ouest du pays, ont également attiré des milliers de participants samedi.

Sous le slogan "Nous sommes le pare-feu" – une référence au tabou de longue date contre la collaboration avec l’extrême droite dans la politique allemande – les manifestants ont transformé l’espace à côté du Bundestag, en une mer de pancartes, de drapeaux et de parapluies.

Des habitants venus de toute l'Allemagne pour assister à la manifestation de samedi ont déclaré qu'ils estimaient qu'il était important d'être là pour montrer leur opposition au racisme et leur mise en garde contre une répétition de l'histoire.

"Nous ne devons absolument pas permettre que les histoires que nous avons vécues en 1930 ou même dans les années 1920 se reproduisent... Nous devons faire tout ce que nous pouvons pour empêcher cela", a déclaré Jonas Schmidt, originaire de la ville portuaire occidentale de Brême. "C'est la raison pour laquelle je suis là."

Kathrin Zauter, une autre manifestante, a qualifié la forte participation de "vraiment encourageante"."Cela encourage tout le monde et montre que nous sommes plus nombreux, nous sommes nombreux", a-t-elle déclaré.

La manifestation de samedi était la dernière d’une série de rassemblements similaires à travers le pays, dont beaucoup ont attiré bien plus de participants que prévu par les organisateurs. À Hambourg et à Munich, à la fin du mois dernier, les manifestations ont dû prendre fin prématurément en raison de problèmes de sécurité liés au regroupement d'un trop grand nombre de personnes dans des espaces exigus.

Le chancelier allemand Olaf Scholz a salué les manifestations, écrivant samedi dans un article sur le réseau social X que la présence des citoyens aux rassemblements est "un signe fort pour la démocratie et notre constitution".

Fondée en 2013 en tant que parti eurosceptique l'AfD est entrée pour la première fois au Bundestag en 2017. De récents sondages placent le parti à la deuxième place au niveau national avec un soutien supérieur à 20 %, bien au-dessus des 10,3 % des suffrages qu'il a remportés lors des dernières élections fédérales de 2021. .

Si les sondages montrent que l'AfD est le premier parti en Allemagne de l'Est, cette vague de contestation de la société civile a déjà eu des conséquences. Non seulement l'AfD recule légèrement dans les sondages mais le parti a échoué la semaine dernière à remporter une deuxième présidence de canton dans le district de Saale-Orla, en Thuringe alors que le parti était donné vainqueur.

A ce stade l'AfD reste néanmoins le deuxième parti le plus populaire d’Allemagne derrière l’opposition conservatrice CDU-CSU.