Publicité

En Allemagne, des manifestations contre l’extrême droite d’une ampleur historique

Des dizaines de milliers de personnes ont à nouveau défilé ce dimanche dans les rues du pays, pour protester contre l’AfD, parti d’extrême droite à l’idéologie radicale.

ALLEMAGNE - Un succès un peu trop important. La manifestation contre l’extrême droite organisée à Munich ce dimanche 21 janvier a été interrompue en raison de la trop forte affluence dans les rues de la capitale bavaroise.

Les organisateurs ont déclaré que 50 000 personnes s’étaient déplacées, soit deux fois plus que le nombre d’inscrits. D’autres estimations font état d’un chiffre plus élevé, jusqu’à 200 000 personnes. La police a pour sa part estimé la foule à 100 000 personnes, selon le quotidien Sueddeutsche Zeitung.

Comme à Munich, des dizaines de milliers de personnes étaient à nouveau dans les rues, ce dimanche en Allemagne, contre l’AfD, parti d’extrême droite à l’idéologie radicale qui suscite depuis une semaine une mobilisation d’une rare ampleur dans le pays.

Des rassemblements avaient été annoncés dans une quarantaine de villes (Berlin, Bonn, Cologne...) mais aussi dans des localités de taille beaucoup plus modeste. À Cologne, les organisateurs ont estimé la foule à 70 000 personnes ce dimanche, tandis qu’à Brême, la police locale a dénombré 45 000 manifestants dans le centre. À Dresde, capitale du Land de Saxe, un bastion du parti anti-migrants et anti-système Alternative pour l’Allemagne (AfD), une manifestation était ainsi aussi prévue.

Plus de 100 000 personnes étaient déjà descendues dans les rues samedi dans des dizaines de villes, la chaîne de télévision publique ARD avançant même le chiffre de 250 000 manifestants à travers le pays.

Le choc après une réunion d’extrémistes à Potsdam

Une mobilisation qui témoigne du choc provoqué par la révélation le 10 janvier par le média d’investigation allemand Correctiv d’une réunion d’extrémistes à Potsdam, près de Berlin, où, en novembre, un projet d’expulsion massive de personnes étrangères ou d’origine étrangère a été discuté.

La ministre de l’Intérieur Nancy Faeser est allée jusqu’à estimer dans la presse que cette réunion rappelait « l’horrible conférence de Wannsee », où les nazis planifièrent en 1942 l’extermination des Juifs européens.

Parmi les participants se trouvaient une figure de la mouvance identitaire radicale, l’Autrichien Martin Sellner, et des membres de l’AfD. Martin Sellner y a présenté un projet pour renvoyer vers l’Afrique du Nord jusqu’à deux millions de personnes − demandeurs d’asile, étrangers et citoyens allemands qui ne seraient pas assimilés −, affirme Correctiv.

Cette révélation a secoué l’Allemagne alors que l’AfD ne cesse de progresser dans les sondages, à quelques mois de trois importantes élections régionales dans l’est du pays où les intentions de vote pour le parti d’extrême droite sont encore plus élevées que dans le reste du pays.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour défendre Jordan Bardella après le « Complément d’enquête », le RN s’attaque l’émission

Bardella derrière un compte Twitter haineux ? Il nie, le RN menace France 2 de poursuites

VIDÉO - L’AfD sous le feu des critiques pour ses liens avec un projet de “remigration” de citoyens allemands