Pour Alger et Rabat, le championnat d’Afrique offre une nouvelle occasion de se fâcher

PHOTO JIHED ABIDELLAOUI/REUTERS

Le championnat d’Afrique des nations (CHAN), qui réunit les footballeurs des sélections africaines qui évoluent dans les championnats locaux, se tiendra en Algérie du 13 janvier au 4 février 2023. Le Maroc, qui devait participer à cette compétition, serait sur le point de boycotter la compétition après le refus des autorités algériennes d’assurer une liaison aérienne directe pour les joueurs de la sélection marocaine, selon Le Petit Journal marocain.

L’Algérie a en effet décliné les conditions de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), qui exigeait une ouverture de l’espace aérien à l’occasion de cette compétition, pour un vol direct entre Rabat et Constantine.

Selon certains médias, la requête aurait été rejetée par l’Algérie, qui refuse toujours que des avions marocains survolent son espace aérien. Toujours est-il qu’en l’absence d’une communication officielle entre les deux partis, le site d’information marocain Le 360 affirme que les “lionceaux de l’Atlas” (nom donné à la sélection des moins de 23 ans), ont tout de même entamé leur préparation.

“Nous sommes dans l’obligation d’assurer le déplacement des équipes uniquement sur le territoire national. Il n’est aucunement mentionné dans le cahier des charges qu’il faut mettre à disposition des équipes une ligne directe”, avait déclaré, il y a une semaine, Rachid Oukali lors d’une conférence de presse rapportée par la chaîne de télévision algérienne privée Ennahar TV.

L’Algérie veut sublimer le monde du foot

La polémique vient égratigner la volonté de l’Algérie de faire de ce tournoi “un évènement footballistique d’envergure”, comme le souhaite le quotidien francophone d’État L’Expression.

“Pour faire réussir cette compétition secondaire qui n’attire généralement pas les passionnés de football, l’Algérie veut utiliser les mêmes ingrédients que le Qatar pour sublimer le monde du football et faire sortir le CHAN de son anonymat.”

Le pays mise sur une infrastructure sportive moderne, renforcée par deux nouveaux stades, le premier baptisé stade Nelson Mandela, à Baraki, en banlieue algéroise, le second dans la ville d’Oran. Les autres stades qui devraient accueillir des matchs de la compétition ont été rénovés.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :