Publicité

En Algérie, un épisode de “J’irai dormir chez vous” sous très haute surveillance

Le 8 mars, la célèbre série documentaire française J’irai dormir chez vous d’Antoine de Maximy avait mis le cap sur l’Algérie. Mais ce qui reste de cet épisode, c’est surtout le “flicage H24” de l’animateur globe-trotteur, note le site d’information panarabe Middle East Eye. Dès son arrivée à l’aéroport il a été placé sous étroite surveillance.

Lorsque, dans l’une des séquences diffusées, il reconnaît l’un des policiers en civil qui le suivent, il lui demande s’il peut se faire héberger par des habitants comme le veut le principe de l’émission, la réponse est aimable mais négative. “Non, c’est interdit”, affirme le policier en civil qui admet avoir reçu des ordres en ce sens.

Une seule nuit chez une famille algérienne

Du côté de la presse marocaine, on s’en donne à cœur joie pour tourner en dérision le voisin algérien. “Misère, flicage, harcèlement : J’irai dormir chez vous en Algérie ou quand Antoine de Maximy découvre la Corée… de l’Est”, titre carrément le site d’information Le 360.

Lors de son difficile séjour en Algérie, Antoine de Maximy s’est rendu à Oran, Ghardaïa et à Djanet (sud-est du Sahara algérien), où il a dû “faire face à un mélange de la Securitate et de la Stasi communistes à la sauce algérienne”, écrit le média marocain.

Suivi en tout temps par la police, le reporter n’a finalement réussi à passer qu’une seule nuit chez une famille algérienne. “Monsieur Daoud”, un Kabyle chez qui le reporter a été reçu, a marqué les esprits, indique le site d’information algérien Observ’Algérie. Très accueillant, souriant et aimable, il a notamment évoqué avec son hôte la douleur de la guerre d’Algérie.

Dans un autre article d’Observ’Algérie, on relève cependant que certaines séquences de l’épisode auraient été enlevées au montage. D’après ce qu’a expliqué Antoine de Maximy, il ne s’agit pas de censure mais du refus de certains intervenants, qui avaient initialement donné leur accord, de figurer dans le film. “Bon, c’est un épisode particulier”, dit l’animateur, au détour du tournage.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :