Publicité

Alarmante hausse des tentatives de suicide chez les jeunes depuis le Covid-19

Le confinement et la pandémie de Covid-19 auraient favorisé l'accroissement des pensées suicidaires et tentatives de suicide chez les jeunes adultes, selon les chiffres de Santé publique France pour l'année 2021 (illustration).  - Credit:Gabrielle CEZARD/SIPA / SIPA / Gabrielle CEZARD/SIPA
Le confinement et la pandémie de Covid-19 auraient favorisé l'accroissement des pensées suicidaires et tentatives de suicide chez les jeunes adultes, selon les chiffres de Santé publique France pour l'année 2021 (illustration). - Credit:Gabrielle CEZARD/SIPA / SIPA / Gabrielle CEZARD/SIPA

Les jeunes pensent davantage au suicide et passent de plus en plus à l'acte. C'est ce que révèle le dernier baromètre de Santé publique France publié ce lundi 5 février, en marge de la Journée mondiale de prévention du suicide. L'étude, qui porte sur l'année 2021, indique que, parmi les sondés de 18 à 85 ans, 4,2 % ont pensé au suicide cette année-là, dont 7,2 % de jeunes adultes, âgés de 18 à 24 ans. Les plus concernées sont les femmes, représentées à hauteur de 4,8 %, contre 3,5 % d'hommes.

Si la France possède « l'un des taux de suicide les plus élevés » d'Europe, Santé publique France constate une nette progression chez les jeunes adultes depuis la pandémie de Covid-19. En 2017, 4,6 % des 18-24 ans interrogés confiaient avoir eu des pensées suicidaires. Ils étaient 7,4 % en 2020. Les tentatives de suicide semblent aussi avoir augmenté avec la pandémie : en 2017, 6,1 % des 18-24 ans déclaraient avoir fait une tentative au cours de leur vie, contre 8,9 % en 2020 et 10,8 % en 2021. L'âge médian du dernier passage à l'acte serait de 24 ans pour les hommes comme pour les femmes. « Depuis 2014, les pensées suicidaires ont été multipliées par deux chez les 18-24 ans », remarque l'organisme public.

Les adolescents aussi concernés

Au regard de ces chiffres, l'agence nationale de santé publique alerte donc sur l'« impact important de l'épidémie de Covid-19 sur la santé mentale de la population », avec « une détérioration plus importante de la santé mentale des pl [...] Lire la suite