Alésia : "La pire chose que la Russie a fait de notre peuple, ce n’est pas de nous tuer. Ils ont fait bien pire"

Elle a quitté son pays, laissant derrière elle son mari, sa mère, sa soeur, et le souvenir ému de son grand-père mort de n’avoir pas su, car il était sourd, que la guerre avait commencé… Terrifiée, elle a tout quitté pour sauver sa peau et celle de sa fille, Eva, 7 ans. Réfugiée ukrainienne en France, Alésia raconte, au micro de Yahoo, la douleur, la séparation, l’angoisse, et aussi, l’espoir d’un avenir meilleur.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles