Publicité

Agriculteurs : Jérôme Bayle a-t-il « refusé un poste contre son silence » ? Le gouvernement dément

Jérôme Bayle interrogé par BFMTV ce samedi 27 janvier.
Capture BFMTV Jérôme Bayle interrogé par BFMTV ce samedi 27 janvier.

POLITIQUE - L’interview est très courte, mais son retentissement est grand. Ce samedi 27 janvier, l’éleveur occitan Jérôme Bayle, mis au centre de l’attention médiatique après ses échanges avec Gabriel Attal, a accordé un entretien à BFMTV pour revenir sur une séquence qui lui vaut un torrent d’insultes sur les réseaux sociaux.

Au cœur du débat, des images le montrant donner un papier au ministre de la Transition écologique Christophe Béchu, ce qui a été interprété comme une preuve de complicité entre l’exécutif et l’agriculteur dans le contexte de la levée du blocage de l’A64. Ses détracteurs imaginent qu’il transmet un RIB, ce que dément l’intéressé, évoquant un message personnel (ce que confirme au HuffPost le cabinet du ministre). Face à ces calomnies, l’agriculteur, pour montrer qu’il est incorruptible, glisse une phrase — résumée dans un tweet de BFM – qui met le feu aux poudres : « j’ai refusé un poste contre mon silence ».

Soupçons chez LFI et au RN

Ce qui, chez certains responsables de l’opposition, a été compris comme une tentative de corruption de la part du gouvernement. « Pardon mais le problème ce n’est pas le papier de Jérôme Bayle. C’est qu’il lâche une bombe en disant que le gouvernement a essayé de l’acheter avec un poste. Ça s’appelle une tentative de corruption. Il faut appeler un chat un chat », a réagi le député insoumis Antoine Léaument.

« Si l’information est avérée, cela en dit long sur la probité du gouvernement et l’intérêt que porte ce dernier aux agriculteurs en colère », renchérit la députée RN Hélène Laporte, par ailleurs vice-présidente de l’Assemblée nationale. Même soupçon exprimé par son collègue du Gard Nicolas Meizonnet. « Le mec nous dit carrément qu’on a essayé de l’acheter… Bonjour monsieur le Premier ministre Gabriel Attal, pourrions-nous avoir des précisions à ce sujet ? », a interrogé l’élu lepéniste.

Auprès du HuffPost, le cabinet de Gabriel Attal dément catégoriquement avoir proposé quoi que ce soit à l’agriculteur. « Aucune idée de ce à quoi fait référence Jérôme Bayle, certainement pas à l’État », souligne l’entourage du Premier ministre. En outre, il fallait probablement écouter la phrase dans son intégralité avant de conjecturer sur les propos de l’ancien rugbyman.

Puisque Jérôme Bayle a déclaré précisément ceci : « avant d’attaquer ce mouvement, j’ai refusé un poste contre mon silence ». Ce qui laisse entendre que la proposition qu’il évoque est antérieure à l’éclatement de la grogne agricole. Or le scénario d’une corruption sur la base de ce témoignage implique que l’exécutif aurait à la fois anticipé la révolte et le fait qu’il en devienne l’une des figures médiatiques. Au regard du retard à l’allumage du gouvernement sur ce dossier, il est aisément permis d’en douter.

À voir également sur Le HuffPost :

Agriculteurs : tous les blocages qui se poursuivent ce samedi malgré les annonces de Gabriel Attal

Blocage des agriculteurs : comment Jérôme Bayle est devenu l’interlocuteur de Gabriel Attal et des politiques