Publicité

Agriculteurs en colère : quelle est cette fameuse loi Egalim, au cœur des revendications ?

En 2017, le monde agricole applaudissait le nouveau président de la République Emmanuel Macron, fraîchement élu. Car pour la première fois, sa cause était prise à bras-le-corps avec la mise en place des États Généraux de l'alimentation. Des réunions, des ateliers, des programmes de réflexions qui ont conduit au vote d’une loi inédite en 2018 : Egalim, dont un des objectifs était de garantir un revenu décent et fixe aux agriculteurs en sanctuarisant le prix de la matière première agricole. En d’autres termes, si un producteur annonce, facture à l’appui, un prix de production de 8 euros pour un kilo de bœuf ou de volaille, les marques et les distributeurs ne peuvent pas le négocier. Et si le tarif d’une matière première augmente (lait, viande, poissons…), les magasins doivent immédiatement le répercuter dans les prix de vente des produits. Une vraie révolution pour le monde agricole, qui subissait depuis de nombreuses années la pression des marques et des magasins, dont le mot d’ordre était de leur acheter leurs produits le moins cher possible.

Sur le papier, tout semble parfait, mais dans les faits, les choses ne se déroulent pas vraiment ainsi. Avec la forte inflation sur les produits alimentaires (+20% entre 2021 et 2023), les magasins et les marques, qui ne veulent pas perdre leurs consommateurs, sont repartis au combat. Pour avoir les tarifs les plus avantageux, ils n’hésitent pas à essorer les producteurs. Car si le prix de la matière première n’est pas remis en cause, industriels (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Des chips au Nutri-Score A ? Ils l'ont fait !
Cette technique astucieuse pour acheter vos billets d’avion moins cher
Avec la flambée des prix, les vols en bande organisée d’huile d’olive se multiplient en Espagne
Agriculteurs en colère : Lidl confronté à des problèmes d’approvisionnement
Chandeleur : définition, origine et date de la fête des crêpes