Publicité

Agriculteurs: des centaines de tracteurs attendus à Bruxelles pour le Conseil européen

Plusieurs centaines de tracteurs sont attendus ce jeudi 1er février à Bruxelles pour une manifestation d'agriculteurs venus de plusieurs pays dans le quartier européen, en marge d'un sommet des dirigeants des Vingt-Sept, ont indiqué des organisations syndicales wallonnes.

L'entrée d'un premier "convoi de tracteurs" dans la capitale belge était signalée dès mercredi en début de soirée par le service municipal Bruxelles Mobilité, annonçant des perturbations du trafic et la fermeture de tunnels.

"Ce sera complètement international"

Au moins un demi-millier de manifestants devraient être présents, dont des délégations d'agriculteurs français, italiens, espagnols et portugais, indique-t-on à la FWA. "Ce sera complètement international", a insisté sa porte-parole.

Une estimation très prudente: la principale confédération syndicale agricole italienne, Coldiretti, a annoncé sa présence ce jeudi à Bruxelles avec environ un millier d'agriculteurs de la péninsule pour dénoncer "les folies qui menacent l'agriculture".

Le principal syndicat agricole flamand, Boerenbond, est également associé à ce rassemblement protestataire qui débutera à dix heures. Tout comme d'autres syndicats wallons, tels que la Fugea, en lien avec la coordination agricole alternative internationale Via Campesina.

"Des centaines de tracteurs occuperont la place du Luxembourg et les rues aux alentours et feront entendre leur colère à coups de klaxons" pour "dénoncer les impacts des accords de libre-échange (conclus par l'UE) sur les conditions de vie des agriculteurs", indique Via Campesina dans un communiqué.

Selon ce mouvement, qui défend les petites et moyennes fermes, des représentants de syndicats néerlandais et allemands sont également attendus.

Le point du rassemblement se situe à quelques centaines de mètres du périmètre très sécurisé du siège du Conseil européen, où seront réunis les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE, pour un sommet consacré à l'Ukraine, mais où la question agricole pourrait s'inviter.

Au-delà des facteurs nationaux, les organisations belges disent partager des points communs de mécontentement avec les récents mouvements de grogne à travers l'Europe: revenus des agriculteurs, "surcharge administrative", législations écologistes complexes ou importations déloyales.

Article original publié sur BFMTV.com