Publicité

Les agriculteurs bio dénoncent « l’enfumage » sur le plan Écophyto, devant l’Assemblée

AGRICULTURE - « C’est un retour 20 ans en arrière ». Devant l’Assemblée nationale, ce mercredi 7 février, des dizaines d’agriculteurs bio ont manifesté leur désarroi, à l’initiative de la Fédération nationale d’agriculture biologique (FNAB), après les annonces du Premier ministre Gabriel Attal et du ministre de l’Agriculture Marc Fesneau pour calmer la fronde paysanne.

Comme vous pouvez le voir dans notre reportage vidéo en tête d’article, les agriculteurs bio se sentent les laissés pour compte de la négociation. Au micro du HuffPost, ils expliquent leur colère contre la mise en pause du plan Écophyto, une mesure annoncée par le gouvernement pour satisfaire les syndicats agricoles majoritaires (FNSEA, Coordination rurale), mais qui est perçue comme une hérésie par la filière bio et les associations écologistes.

Pendant ce temps, la question du revenu paysan demeure sur la table, selon les exploitants interrogés. La FNAB réclame d’ailleurs un meilleur respect des lois Egalim et un plan d’urgence pour la filière bio, elle aussi touchée par la crise. Avec l’inflation, les consommateurs se sont détournés quelque peu de ces produits pour économiser, entraînant une baisse de la part du bio dans l’alimentation des Français, après des années de croissance.

Alors que Gabriel Attal a annoncé, fin janvier, une aide de 50 millions d’euros pour les fermes biologiques, le président de la FNAB, Philippe Camburet, en réclame cinq fois plus (271 millions). Ce dernier chiffre les pertes des agriculteurs bio, au cours des deux dernières années, à 550 millions d’euros.

À voir également sur Le HuffPost :

Salon de l’agriculture 2024 : les avertissements de son patron aux politiques (et aux visiteurs)

Gabriel Attal Premier ministre depuis moins d’un mois, sa popularité dégringole déjà - EXCLUSIF