Publicité

Agoraphobie : pourquoi cette peur de se retrouver dans les lieux publics, et comment la dépasser ?

Pour le commun des mortels, aller voir un concert, prendre le métro, ou encore se rendre à l'épicerie semble parfaitement anodin. Toutes ces situations présentent pourtant un point commun pour les agoraphobes : elles sont associées à un risque de se retrouver coincé. Les symptômes de l'agoraphobie peuvent donc devenir un véritable calvaire au quotidien, dans la mesure où les lieux publics, lieux de la vie sociale et rassemblements sont sources de stress et perçus comme un potentiel danger. Lorsque la phobie devient omniprésente, la peur de faire une crise et de ne pas pouvoir la surmonter s'ajoute aux situations réelles d'angoisse.

Le Manuel Merck de diagnostic et thérapeutique, référence des professionnels de santé, définit aussi l'agoraphobie comme la peur de se retrouver dans des situations ou des endroits "dans lesquels l'aide pourrait ne pas être disponible en cas de survenue d'une anxiété intense." Le pic d'apparition des symptômes de ce trouble d'agoraphobie survient généralement aux alentours de 20 ans, et dans de plus rares cas après 40 ans.

Psychiatre et neurologue allemand, Carl Westphal introduit pour la première fois la notion d'agoraphobie en 1871, empruntant aux Grecs le mot "agora" en référence aux places de marché. À l'origine, cette névrose est associée à la peur des Manuel. Ses études de cas débouchent sur une première cartographie des symptômes, sans pour autant chercher à rendre compte de l'étiologie (étude des causes) de l'agoraphobie. "Tous les patients présentaient (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Combien de temps dure une gastro ?
Qu'est ce que le "syndrome de l'escargot", cette peur du monde extérieur ?
Plan cul, coup d’un soir... Les avantages et les inconvénients du sexe occasionnel
Fatigue intellectuelle : que faire quand on est dans un brouillard mental ?
Dormir la lumière allumée est très mauvais pour la santé