Publicité

Qui sont les agents de l’OFB, la police de l’environnement, décriée par certains agriculteurs ?

Le « gendarme » de l’environnement irrite certains agriculteurs. L’Office français de la biodiversité (OFB), créé en 2020, est dans le collimateur de plusieurs exploitants agricoles contestataires, mobilisés depuis mi-janvier en France sur différents points de blocage.

Au centre de la colère contre cet établissement public de l’État : le trop-plein de contrôles visant les paysans. 1 700 agents sont chargés de veiller au respect d’un certain nombre de règles environnementales. Et cela a le don d’agacer des exploitants, qui n’ont pas manqué de s’attaquer aux bureaux de l’OFB dans plusieurs villes de l’Hexagone. Dernier saccage en date : à Dijon. Le 31 janvier, des agriculteurs ont muré les accès aux bâtiments de l’Office et déposé du fumier devant l’entrée.

Image

L'OFB de Dijon, bloqué par des agriculteurs, ce mercredi 31 janvier 2024. © KONRAD K / SIPA

Rattaché au ministère de l’Agriculture et à celui de la Transition écologique, l’OFB a toutefois différentes missions, parfois loin des opérations de contrôle ou de répression. D’abord, elle centralise des connaissances environnementales. Des données sur les espèces ou encore la biodiversité sont regroupées en open data, notamment pour les mettre à disposition des chercheurs.

Armés et mobilisés sur différents terrains

Aussi, cette agence publique apporte son soutien dans la gestion des aires protégées ou encore des parcs naturels. Elle fait le lien avec...


Lire la suite sur ParisMatch