Publicité

Affaires Fourniret : « Je regrette tout ce qu’il s’est passé », dit Monique Olivier

Monique Olivier, ex-épouse du tueur en série Michel Fourniret, lors de l'ouverture de son procès devant la cour d'assises de Nanterre le mardi 28 novembre 2023.  - Credit:MIGUEL MEDINA / AFP
Monique Olivier, ex-épouse du tueur en série Michel Fourniret, lors de l'ouverture de son procès devant la cour d'assises de Nanterre le mardi 28 novembre 2023. - Credit:MIGUEL MEDINA / AFP

Monique Olivier comparaît devant la cour d'assises des Hauts-de-Seine depuis ce mardi 28 novembre au matin. Debout dans son box, l'ex-épouse du tueur en série Michel Fourniret a déclaré « regrette[r] tout ce qu'il s'est passé », après le rappel des faits par le président Didier Safar. La septuagénaire, cheveux courts et pull blanc, a ensuite dit très doucement : « Écouter tout ça, ça me… » avant d'être coupée par le président.

C'est ce même magistrat qui dirigeait les débats lors de l'ultime procès de Michel Fourniret et de son ex-épouse en 2018 pour un crime crapuleux, jugé devant la cour d'assises des Yvelines. C'est la première fois que l'ex-femme du tueur en série, décédé en 2021, se retrouve seule sur le banc des accusés. À son arrivée dans le box et avant l'ouverture des débats, chose inhabituelle, cette femme aujourd'hui âgée de 75 ans a été littéralement assaillie par une nuée de caméras et d'appareils photo, normalement bannis des prétoires, après avoir donné l'autorisation de prise de vues via son avocat.

Un procès « angoissant »

« Quand on assume ses faits, on doit assumer l'image qu'on renvoie, on ne se cache pas », a justifié son avocat Richard Delgenes, à l'issue de cette première matinée d'audience. « Michel Fourniret se cachait. Nous, on ne joue pas », a-t-il ajouté. Au président qui lui a demandé en préambule si elle voulait bien répondre aux questions, sa cliente avait auparavant répondu : « Je vais faire de mon mieux » d'une voix faible. À [...] Lire la suite