Affaire Weinstein : « Prendre la parole a détruit ma carrière », confie Sarah Ann Masse

Hélène Guinhut

En 2008, alors qu'elle postulait à un emploi de baby-sitter, Sarah Ann Masse a dû subir les assauts du célèbre producteur sont le procès s'est ouvert à New York.

Elles refusent de se définir comme des victimes. Elles s'appellent les « Silence Breakers », celles qui ont brisé le silence et dénoncé les agissements de Harvey Weinstein. Et lundi elles étaient là, au tribunal de Manhattan pour faire face à celui qui est poursuivi pour viol et agression sexuelle. Le procès new-yorkais, qui ne concerne que deux accusatrices, doit durer plusieurs semaines. Mais, dès le premier jour, d'autres victimes présumées du producteur ont voulu faire comprendre qu'elles étaient unies. Aux côtés d'actrices, réunies par le mouvement Time's Up, Sarah Ann Masse, qui figure parmi les plaignantes dans les poursuites civiles contre Weinstein, a pris la parole devant une nuée de journalistes. « Le monde nous regarde, ce procès montre que les agresseurs seront tenus pour responsables, malgré leurs tentatives pour faire taire les victimes. C'est désormais au juge et aux jurés de prendre les bonnes décisions et de mettre cet homme dangereux derrière les barreaux », a-t-elle lancé d'une voix forte. Une fois la conférence de presse terminée, c'est une femme apaisée qui se présente devant nous. « Aujourd'hui, je me sens bien. Honnêtement, j'ai passé ces derniers temps rongée par le stress. Cela faisait douze ans que je n'avais pas été à proximité de Harvey, je ne l'avais pas vu en personne depuis le jour où il m'avait agressée. Donc j'étais terrifiée. Mais dès que je suis arrivée et que j'ai retrouvé les autres...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi