Publicité

Affaire Théo Lukaha : les trois policiers condamnés à des peines de 3 à 12 mois de prison avec sursis


Un croquis d’audience réalisé le 9 janvier 2024 à la cour d’assises de Bobigny, lors du premier jour du procès des trois policiers de Seine-Saint-Denis qui comparaissaient à propos de l’arrestation de Théo Luhaka.
BENOIT PEYRUCQ / AFP Un croquis d’audience réalisé le 9 janvier 2024 à la cour d’assises de Bobigny, lors du premier jour du procès des trois policiers de Seine-Saint-Denis qui comparaissaient à propos de l’arrestation de Théo Luhaka.

JUSTICE - Le verdict de ce procès était très attendu ce vendredi 19 janvier. Jugés pour l’interpellation en 2017 de Théo Luhaka, grièvement blessé à l’anus par un coup de matraque, la cour d’assises de Seine-Saint-Denis a condamné trois gardiens de la paix à des peines de 3 à 12 mois de prison avec sursis.

Le principal accusé, Marc-Antoine Castelain, auteur du coup de matraque qui a blessé Théo, a pris la plus grosse peine. Le policier de 34 ans a été reconnu coupable de violences volontaires, mais n’ayant pas entraîné une mutilation ou infirmité permanente. Il est condamné à 12 mois de prison avec sursis, avec interdiction d’exercer une activité de police sur la voie publique pendant 5 ans.

Dans ses motivations, la Cour explique qu’elle « n’a pas la conviction que les lésions organiques présentées par Théo Luhaka, en dépit de leur caractère particulièrement grave ont entraîné pour lui la privation irrémédiable de l’usage de ses facultés organiques ».

Jérémie Dulin, 42 ans, et Tony Hochart, 31 ans, sont eux condamnés à trois mois de prison avec sursis, deux ans d’interdiction d’exercer des fonctions sur la voie publique et deux ans d’interdiction de porter une arme.

« C’est une décision d’apaisement que nous prenons comme une victoire », a déclaré après le verdict l’avocat de Théo, Me Vey.

L’avocat du policier Marc-Antoine Castelain a lui déclaré à la sortie de la salle d’audience : « C’est l’immense soulagement. Pour la première fois aux yeux de la France entière, il est établi le fait, comme il le dit depuis le premier jour, qu’il n’est pas un criminel ».

Lors des auditions, Marc-Antoine Castelain avait exprimé sa « compassion » pour la victime, mais avait estimé son « coup légitime » et affirmé qu’il lui avait été « enseigné à l’école ».

Une affaire devenue emblématique des violences policières

À ce geste, s’étaient ajoutés des tirs de gaz lacrymogène, des coups de genou et de poing portés par les gardiens de la paix quand Théo était menotté au sol. L’un des policiers a concédé un coup illégitime lors de son interrogatoire lié à son « exaspération » d’avoir perdu « le contrôle sur une interpellation ».

Une enquête administrative de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), la police des polices, avait conclu à « un usage disproportionné de la force ».

« Je regrette les conséquences (…) je pense avoir effectué mon travail dans le respect des lois », avait lui dit à la barre Tony Hochart, poursuivi pour violences volontaires avec son collègue Jérémie Dulin.

Trois ans de prison avec sursis avaient été requis à l’encontre de Marc-Antoine Castelain. Pour Jérémie Dulin et Tony Hochart, l’avocat général avait requis respectivement six et trois mois de prison avec sursis.

C’est parce que Théodore Luhaka garde des séquelles irréversibles de son arrestation le 2 février 2017 à Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, que les policiers se retrouvaient devant une cour d’assises depuis deux semaines.

« Je me suis senti violé », a lui confié Théo Luhaka à la barre. Le jeune homme, qui a célébré sa 29e année à l’ouverture du procès, se rêvait « grand footballeur ». Il souffre désormais d’incontinence et s’enferme dans sa chambre où il regarde la même série policière en boucle.

Presque sept ans après les faits, cette affaire est devenue emblématique des violences policières en France.

À voir également sur Le HuffPost :

Yanis Marshall porte plainte contre Bruno Vandelli pour « agression sexuelle sur mineur »

Karim Benzema porte plainte contre Gérald Darmanin pour diffamation